Changement Climatique: Quand l’église tire la sonnette d’alarme

Attendu fermement depuis plus d’un an, c’est le 18 juin 2015, soit 6 mois avant la tenue à Paris de la 21ème conférence des parties sur le changement climatique, que le Vatican a rendu public le plaidoyer du pape François pour une écologie intégrale.

Intitulée Laudato si, cette encyclique du souverain pontife qui exhorte les responsables mondiaux à agir vite pour sauver la planète, ‘’la maison commune’’ menacée de destruction par le réchauffement et le consumérisme, n’y va pas par quatre chemins pour pointer du doigt les responsabilités humaines. Elle invite ainsi à réformer les modes de vie des sociétés de consommation, et corrobore l’opportunité de réclamer des politiques le désinvestissement des énergies fossiles.

laudato_si180615

Ecrite de bout en bout des propres mains du pape et longue de 191 pages, l’encyclique laudatif si ‘’loué sois-tu’’, qui se construit autour de 6 chapitres, est un texte au ton dramatique se déclinant comme une vaste fresque d’un monde postindustriel ayant fait de la croissance économique son moteur principal, n’écoutant ni la clameur des pauvres, ni les gémissements d’une planète à bout de souffle.

Elle fait l’inventaire scientifiquement étayé de toutes les dimensions de la crise écologique actuelle, du dérèglement climatique bien commun à la pénurie d’eau potable, de la perte de biodiversité et de l’artificialisation des zones humides à la dégradation des océans. Toutes ces dégradations sont associées à une dégradation de la qualité de la vie humaine et de la vie sociale, en particulier dans les grandes métropoles. Et ce sont les pauvres formant la majeure partie de l’humanité qui souffrent davantage des plus graves effets de toutes les agressions environnementales, souligne cette encyclique.

Lire aussi  Ressources naturelles : L’alimentation, le vrai carburant d’une industrie extractive

encyclique-pape-climat

En effet, le pape François n’est pas le premier à décrier avec force la dégradation de la planète et l’exploitation exponentielle des ressources naturelles. Dès le concile Vatican II, la conscience écologique de l’église s’est affirmée et tous les papes se sont longuement exprimés sur le sujet. Mais cette encyclique est la toute première qui aborde la question de manière approfondie, faisant du souci écologique bien plus qu’une simple inquiétude de surface. Elle présente la face actuelle de l’écologie comme une réelle angoisse pour les générations à venir, et lance à l’occasion un appel vibrant à la conversion.

maxresdefault-1sa

L’écologisme intégral sur lequel s’appesantit le pape se déploie dans toutes les directions : économique, politique et religieuse.

Avec 1,2 milliards de catholiques dans le monde, ce plaidoyer du pape en faveur du climat, devrait avoir un fort ralentissement dans la perspective de la COP 21 de Paris en décembre prochain.

Dans un communiqué, François Hollande, a estimé que ce texte de 192 pages replace l’enjeu écologique dans une perspective humaniste et rappelle au monde la solidarité du destin qui est le sien. Il a ainsi formulé le vœu que la voix particulière du pape François soit entendue sur tous les continents, au-delà des seuls croyants.

Pour beaucoup d’écologistes, cette lettre du souverain pontife est perçue comme un évènement décisif et considérable à l’approche de la COP21.

Les réactions ont fusé de partout pour encourager et porter haut les messages de cette publication tant attendue. Dans un communiqué, Ban kin Moon, secrétaire général de l’ONU, a rappelé les propos du pape, soulignant que ‘’le changement climatique est un des principaux défis de l’humanité et une question morale qui implique un dialogue respectueux avec toutes les composantes de la société, et qui exige une solidarité avec les plus pauvres et les plus vulnérables qui souffrent le plus des effets du climat’’.

Lire aussi  Eau : Francois Kalwele, « la RDC va exporter 1% de l’eau du fleuve vers le Tchad »

Les différentes voix qui se sont fait entendre après la publication par le Vatican de cette encyclique est une preuve que ce texte du pape ne laisse aucun doute sur le devoir d’agir contre le changement climatique actuel.

 

Dans cette encyclique, le pape appelle à une révolution éthique et économique pour empêcher des changements climatiques catastrophiques et des inégalités croissantes.

‘’L’heure est venue d’accepter une certaine décroissance dans quelques parties du monde, mettant à disposition des ressources pour une saine croissance en d’autres parties’’; souligne le souverain pontife.

 

Thierry-Paul KALONJI

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *