JIKO MAMU: Une innovation pour les ménages à Kinshasa

Depuis peu, les ménages Kinois expérimentent une nouvelle façon de faire la cuisson, eux qui étaient habitués traditionnellement à cuir les aliments avec le brasero traditionnel qui comporte plusieurs risques tant sur les utilisateurs que sur l’environnement.

 

vlcsnap-2015-09-29-20h47m37s242 vlcsnap-2015-09-29-20h49m05s96Le charbon de bois est une des principales sources d’énergie en Afrique subsaharienne, une situationqui place les forêts dans l’œil du cyclone. A Kinshasa par exemple, un habitant consomme en moyenne 1 kg de charbon par jour. Avec un contexte énergétique tel que seulement moins de 10 % de la population a accès à l’électricité, la déforestation est un phénomène bien réel au regard du recours massif à la biomasse.

Pourtant,Il existe bien des alternatives pour préserver les forêts. Parmi elles, on relève l’usage des foyers améliorés. C’est dans cette optique que l’entreprise BISO NA BINO, une filiale d’EcosurAfrique, a mis à la disposition des ménages Kinois le foyer amélioré JIKO MAMU.

Grâce à sa conception adaptée pour répondre aux questions de sécurité lors de la cuisson et la préservation des forêts, JIKO MAMU, réduit la consommation de charbon de bois jusqu’à près de 60 %.

MAMU qui est le sigle de MakalaMuke(peu de charbon), JIKO est une contribution efficace à l’amélioration du pouvoir d’achat des familles et au ralentissement de la déforestation, d’autant plus que ’aucun n’ignore le budget astronomique qu’alloue une famille concernant l’approvisionnement en charbon de bois ;ce qui porte un sérieux revers aux forêts.

Vendu entre 20 et35 dollars selon le modèle, et ayant une durée de vie de près de 5 ans, un JIKO MAMU moyen offre plusieurs avantages à ses utilisateurs notamment la conservation de la      chaleur grâce à la céramique, la possibilité de cuisiner à l’interne comme à l’externe, la réduction du temps de cuisson, la réduction des risques de brûlures et la réduction de des émissions des fumées.

Lire aussi  Santé : des Scientifiques alertent sur l’exposition prolongée devant les écrans

Les forêts constituent une réserve importante de CO2. Dès lors qu’on supprime cette réserve, on relargue dans l’atmosphère des quantités immenses de CO2, ce qui conduit au niveau planétaire l’augmentation de la température et de l’évolution climatique qui perturbe le cycle de la nature. Facile à la manipulation, ce dispositif pour la cuisson permet de lutter efficacement contre la déforestation et ses conséquences en économisant sensiblement le charbon de bois lors de la cuisson. Cette performance lui a valu la certification de l’ONU dans le cadre du Mécanisme de Développement Propre (MDP), qui est un label permettent au projet de recevoir des crédits carbone.

Le succès enregistré depuis son lancement, ne fait aucun doute sur l’efficacité de ce fourneau qui révolutionne le mode de cuisson à Kinshasa. Facile à trouver car les responsables de BISO A BINO ne cesse de multiplier les points de vente afin de rendre le produit accessible à tous.

Fabriqué en totalité à Kinshasa grâce une main d’œuvre congolaise, JIKO MAMU dispose d’un site à Kimwenza dans la commune de mont ngafula où une unité industrielle est mise en place pour atteindre l’objectif de 10.000 fourneaux par mois d’ici à décembre.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *