CLIMAT : l’arctique enregistre son année la plus chaude dans les annales

L’espoir de voir le bulletin santé de la terre s’améliorer ne cesse de s’éloigner au fil des années. Ce constant vient d’être étayé par l’Agence américaine d’Océanographie et Atmosphérique (NOAA) qui dans un rapport rendu public ce mardi 13 décembre a annoncé que l’arctique venait de connaitre ses douze mois les plus chauds depuis le début des relevés des températures dans cette région en 1990.

Ursus maritimus Polar bear on pack ice Arctic circle, Russian Federation Pproject number: 9E0077 Project number: RU0073
Ours polaire sur une banquise en Russie.

Concocté par 61 scientifiques dans le monde , ce rapport pointe le fait que cette chaleur record a retardé à l’automne le moment ou les eaux de l’océan regèlent et a aussi entraîné une fonte étendue des glaces du Groenland et des couches de neige sur le sol.
De l’avis des climatologues, ce réchauffement résulte en grande partie des émissions de gaz à effet de serre émis dans l’atmosphère par la combustion des énergies fossiles, exacerbées cette année par le courant équatorial chaud du pacifique EL niño, qui ne s’est dissipé qu’au printemps.

Ce rapport inquiétant de la NOAA relève en outre que la faune et les populations humaines de la région subissent les effets néfastes de ce changement climatique. Ainsi, l’acidification des océans résultant du réchauffement accroît le stress notamment sur les crustacés, qui ont besoin de carbonate de calcium pour former leur coquille. Les populations autochtones qui dépendent de la pêche pour se nourrir en paie aussi un prix fort.

Thierry  Paul KALONJI

Be Sociable, Share!
Lire aussi  Le cri d’alarme de quinze mille scientifiques sur l’état de la planète

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *