Forêts : clôture du projet de renforcement des connaissances et des capacités sur le cadre juridique de gestion des forêts en RDC

Le Conseil pour la défense environnementale par la légalité et la traçabilité (CODELT) a mis fin ce lundi 30 janvier, à son projet de renforcement des connaissances et des capacités des parties prenantes provinciales et locales sur le cadre juridique de gestion des forêts en RDC. Ce projet initié depuis février 2015, visait l’amélioration des capacités d’intervention et de prise en charge effective des mandats statutaires de ces acteurs précités.

Atelier de clôture du projet de renforcement

Pour le Directeur exécutif du CODELT, Augustin Mpoyi, ce projet qui se clôture aujourd’hui est né du besoin de renforcer la circulation de l’information juridique sur les forêts, de Kinshasa vers les provinces et de provinces vers les entités locales. « La RDC est en train de prendre des engagements internationaux dans le cadre du processus APV-FLEGT qui vise à renforcer la légalité dans le secteur des forêts. Ce projet est venu déblayer le terrain à la mise en œuvre desdits engagements que le pays est appelé à prendre pour améliorer le processus d’application des lois et règlementations forestières », a-t-il précisé.

Le CODELT se félicite tout de même de la bonne fin de ce projet dont l’impact est perceptible a révélé Augustin Mpoyi. « Grâce à ce projet, Toute la production règlementaire en terme des lois, et autres arrêtés ministériels et interministériels signés dans le domaines des forêts à Kinshasa, ont été compilés dans le code vert imprimé en 1000 exemplaire et rendu disponibles dans toutes les institutions, les administrations, mais aussi auprès des agents qui opèrent dans le secteur des forêts au niveau des provinces et des a entités locales », a-t-il affirmé.

Lire aussi  Biodiversité : L’UE, le Canada, les USA et la Suisse s’opposent à la désaffectation partielle des Virunga et Salonga

Des avancées significatives louées par le Secrétaire général du Ministère de l’Environnement et développement durable, Léonard Muamba. « Nous saluons le sens du professionnalisme avec lequel l’Ong CODELT s’est employé tout au long de ce projet comme dans d’autres dans lesquels elle a eu à apporter son expertise qui nous a toujours marqué par la pertinence et la qualité des livrables produits. Nous souhaitons vivement que cette collaboration continue afin que le pays puisse profiter longtemps de cette expertise », a-t-il insisté.

Ce projet mis en œuvre grâce au financement de l’Union européenne, a été exécuté dans l’ancienne province de l’Equateur, la Province Orientale et celle de Bandundu. Il a permis au CODELT d’identifier les différentes pesanteurs qui minent l’application des textes des lois dans le secteur des forêts notamment, le trafic d’influence et le disfonctionnement de la para fiscalité forestière. « Nous avons constaté qu’il est difficile pour les Inspecteurs forestiers de faire efficacement leur travail, car ils subissent des fortes pressions des autorités militaires, politiques et judiciaires. A cela s’ajoutent les malentendus au tour des textes qui régissent le secteur forestier congolais. Tout ceci mis ensemble, l’on arrive à une sorte d’inefficacité dans la lutte contre l’illégalité dans ce secteur », a révélé le Directeur Exécutif du CODELT.

Le projet de renforcement des connaissances et des capacités des parties prenantes provinciales et locales sur le cadre juridique de gestion des forêts en RDC, a permis aux bénéficiaires d’acquérir des compétences nécessaires pour la mise en application effective des textes des lois dans le secteur des forêts. « C’est grâce aux formations reçues par CODELT dans le cadre de ce projet que je me permet aujourd’hui d’assurer un contrôle forestier. Chose qui n’était pas aisée hier par manque de connaissances suffisantes des textes sectoriels », a précisé Don Madikani, Inspecteur forestier OPJ à compétences restreintes de la Province de Kwilu. Et d’affirmer que depuis, l’exploitation forestière artisanale illégale a baissé sensiblement dans sa province.

Lire aussi  Forêt : des journalistes formés à l’utilisation de l’Atlas forestier à Kinshasa

Bien que les résultats obtenus à ce jour grâce à ce projet soient encourageants, cependant, beaucoup restent à faire. Le CODELT entend des délégués de provinces réunis à Kinshasa du 30 au 31 janvier, des propositions concrètes qui seront transmises au Ministères en charge des forêts pour une bonne gouvernance du secteur forestier.

Alfred NTUMBA

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *