Journée mondiale de l’eau : Les eaux usées, un potentiel à conquérir

De nos jours, les eaux usées sont une ressource très négligée et ignorée. Dans un monde où l’eau potable se fait de plus en plus rare, les eaux usées méritent un regard bien différent.

Souvent produites dans les grandes agglomérations, les eaux usées sont la plupart du temps rejetées dans les mers ou les rivières sans avoir été préalablement traitées entraînant ainsi une pollution qui présente des menaces sur la santé des écosystèmes et des populations.

Un rapport récent publié par The Nature Conservancy, Beyond the Source: The environmental, economic and community benefits of source water protectionmontre que pour 1/6 des 4.000 villes étudiées, les coûts de la mise en œuvre d’activités de protection des sources d’eau, telles que la protection des forêts, le reboisement et l’utilisation de cultures de couverture, pourrait être récupéré grâce à des économies de coûts annuels de traitement de l’eau.

Une station de traitement des eaux usées (Photo droits tierces)

La Journée mondiale de l’eau célébrée ce mercredi 22 mars, se penche sur la gestion durable des ressources en eau douce et particulièrement sur la gestion des eaux usées dans les villes d’Afrique. Que peut-on réellement faire avec les eaux usées recyclées?

 Verdir le désert au Maroc

Dans la ville de Ourzazate, située dans le centre-Sud du pays, l’ONU Environnement contribue à mettre en évidence les avantages du traitement des eaux usées en faveur de la reforestation. Le projet, financé par le service coréen des forêts, le gouvernement marocain, soutenu par l’ONU Environnement et plusieurs partenaires locaux utilise les eaux usées municipales pour l’irrigation des terres destinées à la plantation d’arbres et pour créer une ceinture verte autour de Ouarzazate.

Lire aussi  Virunga: Marche de contestation contre la convention signée entre l’ICCN et la COPEVI

Cette ceinture verte aura pour fonction de protéger la ville des vents forts et des nuages de poussière, fournira à la population un endroit où les habitants pourront profiter de la nature, créera des emplois dans le secteur de l’agriculture et encouragera la participation publique pour la prévention de la dégradation des terres et la perte de la biodiversité.

Elle aura aussi pour but d’améliorer la qualité de l’air de conserver la biodiversité, fournira du fourrage et améliorera les moyens de subsistance des communautés urbaines et des communautés urbaines et péri-urbaines.

« Ce projet a entraîné des créations d’emplois ainsi que des opportunités pour nous permettre d’utiliser notre connaissance et notre expérience », affirme Lhoussine Chetma, un habitant de Ouarzazate.

Un autre avantage de ce projet est qu’une quantité moindre d’eaux usées non-traitées sont rejetées dans le réservoir d’eau de Monsour Eddahbi, qui alimente la centrale solaire NOOR voisine, un des plus grande centrale solaire au monde qui sera capable d’alimenter 2 millions de foyers en électricité.

 Problèmes liés aux eaux usées à Dar es Salaam

Dans la capitale tanzanienne, Dar-es-Salaam, l’ONU Environnement, l’ONU-Habitat, BORDA-Afrique et d’autres partenaires ont récemment lancé un projet visant à montrer comment les projets d’assainissement décentralisés peuvent fonctionner dans des zones urbaines dépourvues d’égouts.

Moins de 10% de la ville de Dar es-Salaam est relié au réseau d’égouts « centralisé ». Par conséquent, quelque 90% de la population utilise des latrines à fosse ou pratique la défécation à ciel ouvert. Cela menace l’environnement marin situé dans les environs de Dar es-Salaam, qui apporte des avantages importants aux communautés locales à travers la petite pêche artisanale et le tourisme.

Lire aussi  Forêts : REDD+ en RDC 10 ans après, les objectifs  sont loin d’être atteints

Assurer la réduction des rejets d’eaux usées domestiques dans les écosystèmes marins, y compris les mangroves, les prairies d’herbes marines et les récifs coralliens bénéficiera à l’ensemble de la population et des écosystèmes.

 

Alfred NTUMBA avec  ONU Environnement

Be Sociable, Share!

Une réflexion sur « Journée mondiale de l’eau : Les eaux usées, un potentiel à conquérir »

  1. La gestion des déchets dans son ensemble pose problème à la population CongolaiseRDC (eaux,déchets ménagers,industriels,agricoles…)Du fait que cette population dans sa majorité n’est pas instruite sur la protection de l’environnement et le recyclage des déchets.cependant ceux qui nous gère sont bien informés des impactes positifs et négatifs des déchets. Pour les eaux usées industriels e mets, Prenons le cas de la compagnie sucrière du Kongo-centrale qui déverse ses eaux usées à la rivière.or,sur le plan écologique,ced eaux usées influenceraient la composition physique et chimique du milieu aquatique,qui aura comme conséquence la disparition des espèces non adaptées à ces changements des conditions du milieu.Je me demande parfois que font tous ces services de contrôle de l’État!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *