Cop23 : ouverture du système d’accréditation pour les journalistes

Le Secrétariat de la Convention cadre de nations une sur le changement climatique (CNUCC) annonce l’ouverture du système d’accréditation des journistes devant couvrir la Cop23. Prévue initialement dans les îles Fidji, la conférence des parties sur les changements climatiques aura lieu du 6 au 17 novembre 2017 au World Conference Centre de Bonn, en Allemagne.

Le Secretariat informe que les badges de presse émis lors des précédentes réunions de la CCNUCC ne restent pas valides. Les journalistes  doivent être accrédités pour chaque réunion. Une nouvelle lettre d’affectation et une copie de la carte de presse (ou d’autres documents au lieu d’une carte de presse) sont nécessaires pour être accepté à cette conférence. « L’accréditation en ligne est la SEULE chaîne officielle pour obtenir l’inscription pour les médias« , précise le communiqué.

Les journalistes désireux couvrir ce grand événement sont prier de respecte les différentes étapes d’écritures  à sur le site web de la Convention. « Nous acceptons les demandes d’accréditation des médias jusqu’à la date limite du 31 août 2017. Les demandes seront ensuite examinées et les candidats seront avisés de l’état de leur demande au 22 septembre 2017« .

Des retards pourraient se produire si la demande ne contient pas les documents requis (copie de la carte de presse, lettre d’affectation), ou encore si elle n’a pas été soumise. Une fois la demande approuvée, une confirmation sera envoyée à l’adresse électronique du requérant qui devra couvrir en personne la Cop23 pour le compte de son organe de presse.

Toutefois, le Secrétariat informe que pour des raisons de sécurité, il peut mettre en place des mesures pour gérer le nombre de médias accrédités pouvant assister à la conférence.

Alfred NTUMBA

Be Sociable, Share!

Une réflexion sur “ Cop23 : ouverture du système d’accréditation pour les journalistes ”

  1. Les pays de l’Afrique de l’Ouest faire face aux défis liés:
    – les sachets plastiques qui ont un impact négatif sur la santé humaines,animales et aux ressources naturelles
    – les pesticides ou herbicides et les engrais chimiques mal utilisés dans les champs tuent l’être humains; les abeilles , les animaux , les arbres, les vautours , l’environnement
    – le cyanures utilisé par les orpailleurs artisanales dans les sites miniers a aussi des impact nocif sur la santé humaine et animal .
    – la coupe abusive des bois de chauffe, la divagation des animaux, les feux de brousses etc.
    sont des actions que les acteurs de la société civile peuvent mener comme activités de proximité (Sensibilisation;plaidoyer, formation , dotation de nouvelles technologies de production.
    les gouvernement doivent vulgariser et respecter les textes, des lois, des conventions, des codes , des politiques qu’ils ont signer et ratifier à tous les acteurs. Prendre des décrets d’applications et de mises en oeuvre .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *