JME : Irina Bokova, « j’invite les femmes et les hommes où qu’ils soient à se connecter à la nature qui les entoure »

Dans un message publié à l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement, ce 5 juin, la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Gueorguieva Bokova, invite les hommes et les femmes à se connecter à la nature qui les entoure, car c’est elle qui confère beauté, sens et harmonie à leurs vies.

Irina Gueorguieva Bokova, Directrice générale de l’UNESCO

« Connecter l’Homme à la nature c’est peut-être difficile à croire aujourd’hui, mais, il y a cinquante ans, on pensait que la meilleure façon de protéger la nature était d’en interdire l’accès aux populations humaines…
À présent, nous savons que c’est inexact« , précise – t – elle dans ce message dont Environews RDC s’est procuré une copie.

La Directrice générale de  l’UNESCO estime cependant qu’il est important de maintenir une relation Homme – environement, basée sur l’harmonie naturelle.  » Plus la relation entre les populations et leur environnement naturel est étroite, plus il est probable que ces populations mesurent l’importance de la nature et de sa biodiversité, du patrimoine et des ressources en eau, au service de leur propre bien-être et de l’avenir de la planète« , a-t-elle insisté.

Cet esprit guide l’ensemble de l’action de l’UNESCO, qui s’incarne dans un réseau mondial, unique en son genre, de sites désignés par l’Organisation, conçus pour rapprocher l’Homme de la nature, en dessinant une nouvelle carte du monde – une carte d’unité et de paix, au-delà des frontières, entre les femmes et les hommes et leur environnement, peut – on lire dans ce message.

Les réserves de biosphère de l’UNESCO, les géoparcs mondiaux UNESCO et les sites du patrimoine mondial – qui recouvrent souvent des surfaces stratégiques ou des ressources en eaux souterraines essentielles – rassemblent plus de 2000 sites exceptionnels dans le monde. « Nous savons désormais que c’est le plus sûr moyen de favoriser un développement plus inclusif et durable, respectueux des limites de la planète » a affirmé Madame Bokova. « Aujourd’hui, j’invite tout un chacun à prendre un peu de temps dans sa vie bien remplie et à visiter un des sites de l’UNESCO. Pour un moment de contemplation, immergez-vous dans un jardin perse en Iran, où l’eau joue un rôle symbolique et ornemental étonnant. Dans le géoparc mondial de Tumbler Ridge, au Canada, nagez dans des lacs alpins à l’eau cristalline et dormez sous les étoiles. Ou partez en randonnée dans la réserve de biosphère de Mujib, en Jordanie, qui s’étend par endroits à 420 mètres au-dessous du niveau de la mer, grâce à sa proximité avec la mer Morte« .

Lire aussi  Forêts : Projet CAWHFI, 5 millions d’euros de l’Union européenne pour préserver les forêts du bassin du Congo

En cette Journée mondiale de l’environnement, la Directrice générale de l’UNESCO invite tous les pays à tirer le meilleur parti des sites désignés par l’UNESCO. « Par-dessus tout, j’invite les femmes et les hommes où qu’ils soient à se connecter à la nature qui les entoure, car c’est elle qui confère beauté, sens et harmonie à nos vies« . A-t-elle lancé.

 

Alfred NTUMBA

Une réflexion sur « JME : Irina Bokova, « j’invite les femmes et les hommes où qu’ils soient à se connecter à la nature qui les entoure » »

  1. Merci. Nous sommes fières de la publication. Sauf qu’au Congo (RDC),,on constate que la notion de la salubrité c’est jusque là pour les autres nations. ça se conçoit mal que les gens comme les nettoyeurs des grands boulevards doivent subir des impayements.même les projets d’ONGD sur la salubrité dans la capitale doivent être financé difficilement,presque pas aussi. Le développement du Congo c’est tjrs dans les discours et sur papiers. Il faut qu’on appuie les initiatives de la jeunesse. Huguette la Kinoise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *