Forêt (RDC-RC): un projet de décrets pour la gestion durable des ressources naturelles dans la bi-nationale Lac Tumba-Lac Tele.

Le Comité Bi-national de Planification et d’Exécution (CBPE) examine depuis ce jeudi 03 juillet, à Kinshasa, un projet de décrets à soumettre respectivement aux gouvernements de deux pays (la République du Congo et la République démocratique du Congo), pour faciliter l’implication des communautés locales et des peuples autochtones à la gestion participative des ressources naturelles et des aires protégées dans cet espace transfrontalier.

Cette deuxième réunion du (CBPE), s’inscrit dans le cadre du projet « Catalysation de la gestion durable des forêts sur le site des zones humides transfrontalières des lacs Télé – Tumba », avec le financement de Gef-PNUD.

« La réunion de Brazzaville, a permis l’adoption du Règlement intérieur du comité. Celle-ci va nous permettre de faire l’état de lieu de la bi-nationale, depuis la dernière réunion jusqu’à aujourd’hui. La réunion de Kinshasa va également permettre la validation de la mesure d’application qui sera soumise aux deux pays, et un plan d’action de la stratégie qui a été adoptée ici à Kinshasa », a informé le chef de Programme Faune de WWF-RDC, Alfred Yoko.

Si les deux pays disposent des lois qui consacrent la participation des communautés à la gestion des aires protégées, cependant, les différents textes de lois manquent des modalités pratiques pour opérationnaliser cette participation.

Une étude menée à ce sujet, a permis d’analyser les textes légaux existants et en vigueur dans les deux pays, et déceler quelques vides juridiques, quant à l’implication des communautés locales et le peuples autochtones à la gestion des ressources naturelles.

« En RDC par exemple, la question en rapport avec le droit des communautés locales, n’est pas vraiment prise en compte que ce soit par la constitution ou par les autres textes légaux existants. Tandis qu’au Congo Brazzaville, il existe la loi 05, consacrée aux communautés locales et peuples autochtones. Après notre analyse, nous avons proposé un projet de décrets pour les deux pays, afin de clarifier la manières dont les communautés locales vont participer à la gestion des ressources naturelles et des aires protégées », a affirmé le Consultant de WWF, Christian Mabita.

Lire aussi  RDC : Kinshasa ville verte, le grand défi qui attend le nouveau gouverneur

Pour Brice Severin Pongui, avocat au Barreau de Brazzaville et consultant en droit de l’environnement, cette étude est d’une très grande importance au regard du défi de la gestion durable et participative des ressources naturelles de ce paysage bi-nationale.

«  Si les textes sur lesquels nous avons travaillé ce matin, seront publiés, ils permettront de définir clairement les droits de communautés à la participation. De ce fait, elles sauront mieux s’impliquer à la gestion participatives des ressources naturelles et des aires protégées », a-t-il estimé.

Signalons que la séance de travail de ce vendredi 04 juillet, sera consacrée à la validation par l’Assemblée, de ce projet de décrets, et l’adoption du plan d’action de la stratégie de gestion de la bi-nationale Lac Tumba – Lac Tele, la deuxième zone humide du monde après Pantanal en Amérique du Sud.

 

Alfred NTUMBA

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *