Biodiversité : La situation de l’éléphant reste dramatique en RDC

Si rien n’est fait dans un avenir proche, l’éléphant du Congo pourrait disparaitre défensivement sur le sol congolais. Dans un communiqué émis à l’occasion de la célébration de la journée mondiale de l’éléphant, le Fonds mondiale pour la nature (WWF), alerte une fois de plus sur la situation dramatique que connaissent les populations d’éléphant et leur habitat naturel en République Démocratique ainsi qu’en Afrique Centrale suite aux phénomènes du braconnage et du commerce illicite de l’ivoire.


« Nous courons droit vers une extinction pure et simple de ce grand mammifère. Cette journée est une opportunité pour rappeler aux uns et aux autres qu’il est plus que temps d’agir avant qu’il ne soit trop tard », a déclaré le Directeur national de WWF-RDC, Jean- Claude Muhindo.

Il a par la même occasion encouragé les autorités congolaises à faire appliquer la loi sur la protection des espèces menacées dans toute sa rigueur en vue de protéger les populations d’éléphant de la République Démocratique du Congo et lutter contre la criminalité faunique dans le pays.

Alors que le braconnage est une menace immédiate et directe pour l’éléphant d’Afrique, précise ce communiqué, la perte de l’habitat est la plus grave menace à long terme pour la survie de l’espèce. Sur 1,2 million d’éléphants qui peuplaient l’Afrique en 1980, seulement 500 000 environ sont encore en vivants, ceci malgré la lourde menace du braconnage qui pèse sur ces pachydermes.

« Cette célébration est une nouvelle occasion pour rappeler que le braconnage, la détention et la commercialisation des espèces intégralement protégées, notamment l’éléphant, ainsi que leurs produits et sous-produits sont formellement interdits par la loi en République Démocratique du Congo », précise ce communiqué.

Lire aussi  Environnement : Mise au point des activités du GIBE en RDC

Des actions énergiques sont donc nécessaires pour renverser cette tendance, notamment en termes d’appui aux gardes parcs et de renforcement de l’application des lois, estime WWF-RDC.

Toutefois, le Fonds mondial pour la nature se réjouit des avancées significatives constatées dans cette lutte avec la fermeture du plus grand marché de l’ivoire dans la ville Kinshasa et ce, grâce aux opérations coups de poing des Parquets de la République et de la Police Nationale qui ont donné lieu à des saisies d’ivoires et à des arrestations. Pour le WWF, ces efforts doivent se poursuivre pour s’assurer de la fermeture effective de tous les marchés d’ivoire partout dans le pays afin de protéger les éléphants.

 

Alfred NTUMBA

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *