Catastrophes naturelles : Tara, Freetown, Népal, Inde et Bangladesh, un compte macabre

Les pluies diluviennes qui se sont abattues la semaine dernière sur plusieurs parties du monde ont laissé des stigmates qui ne se dissiperont pas de sitôt. Tara en Ituri, Freetown en Sierra Leone, l’inde le Népal et le Bangladesh, ces zones ont connu des fréquences de pluies très élevées, les contraignant à un compte macabre élevé. Plus de 200 morts en Ituri, plus de 350 en Sierra Leone, l’Inde le Népal et le Bangladesh ont quant à eux dénombré plus de 750 morts. A ce bilan funeste d’ajoute des milliers de familles sans abri.

Une villa contemporaine dévastée par l’érosion au village Ntiamfumu/ Photo, Alfred Ntumba

Ce sont des images choquantes, défiant toute imagination qui ont circulé dans les médias. Des images qui raisonneront encore bien longtemps dans les esprits.
A tara en Ituri dans la province de Bas-Uele, ce sont des glissements de terrain provoqués par une montagne à la suite des fortes pluies. Le village de pêcheurs situé entre le lac Albert et des montagnes a vu une avalanche des gros rochers se déferler sur lui, balayant plus de 60 maisons, sans laisser aucune chance à ses occupants. D’après le chef du village, seules 4 ou 5 maisons ont pu résister.

Pas d’équipe de secours qualifié, ni des matériels adéquats, c’est avec les moyens de bord que les recherches se sont faits pour sortir les corps ensevelis sous les décombres.

Le weekend dernier, les autorités avaient ordonné d’arrêter les recherches, pour éviter la contamination. Une équipe de désinfection devrait être envoyé sur le lieu.

Le gouverneur Abdallah Pene Mbaka a déclaré que l’estimation du nombre de victimes est basée sur les personnes disparues et les maisons touchées.
Il a par conséquent lancé un appel à la communauté internationale pour obtenir une aide d’urgence avec les efforts de sauvetage et de relèvement.

Lire aussi  Pollution en chine : plus de 20 villes en alerte rouge

C’est la troisième année consécutive que cette partie des rives du lac Albert connaît des glissements de terrain. Une cinquantaine de personnes avaient péri dans ces conditions l’année dernière. Une dizaine l’année précédentes.

En Sierra Léone, c’est la localité de Regent, dans la capitale Freetown qui a fait le frais des coulées de boue suite à des fortes pluies qui sont tombées la semaine dernière. Plus de 350 morts, tel est le bilan de cette catastrophe naturelle qui a endeuillé cette ville. Une colline qui surplombait cette localité s’est effondrée pendant que les riverains étaient endormis.

En septembre 2015, ce pays de l’Afrique de l’Ouest était victime d’une montée subite des eaux qui avait fait 10 morts et quelque 9 000 sans-abri.

L’Inde le Bangladesh et le Népal ont quant à eux étaient simultanément frappés par des averses qui ont fait plus 750 morts. Tous ces évènement tragiques inscrivent 2017 dans un registre noir, au regard des nombres de victimes qu’ils ont causé.

 

Thierry-Paul KALONJI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *