Climat : 8 îles du pacifique déjà englouties par la montée des eaux

Les récentes successions de catastrophes naturelles qui passent la terre au laminoir, prouve qu’il n y a plus loin de la coupe aux lèvres par rapport aux prédictions de scientifiques sur le réchauffement climatique. Pendant que toutes les attentions restent braquées sur les cyclones sans précèdent qui ravagent le continent d’Amérique, la montée des eaux provoquée par le réchauffement climatique dénombre à ce jour huit îles englouties dans le pacifique.


L’Ouest du Pacifique reste la région la plus vulnérable à la montée des eaux que partout ailleurs. A ce jour, huit petites îles ont été englouties ces dernières années. Il s’agit de Kepidau en Pehleng et Nahlapenlohd, ainsi que de six autres, d’environ 100 m2 chacune, dans les archipels de Laiap, Nahtik et Ros. Vraisemblablement englouties entre 2007 et 2014, ces îles disparues s’ajoutent aux cinq autres identifiées comme déjà disparues.

Cela donne un aperçu de ce qui va devenir aux territoires situés aux plus basses altitudes dans le monde au cours de ce XXIème siècle.

En 2016, des recherches avaient révélé que cinq des îles Salomon avaient disparu dans le Pacifique au cours de la deuxième moitié du XXe siècle.
Actuellement, la montée des eaux consécutive au changement climatique est de 3 mm par an en moyenne.

Les prévisions les plus optimistes du GIEC tablent sur 40 cm d’ici 2100 et 126 cm pour les plus pessimistes, si rien n’est fait. Mais dans le pacifique ouest, principalement en raison d’un cycle naturel des alizés accumulant plus l’eau dans cette région, l’élévation y est plus importante et rapide qu’ailleurs : 12 mm par an depuis les années 1990. Tempêtes et typhons ont achevé rayer ces îles de la carte.

Lire aussi  VIRUNGA : Emmanuel de MERODE souhaite récolter 1 millions de dollars pour le parc

Les quelques îles qui résistent à cette montée des eaux dans cette zone, y parviennent grâce aux mangroves. Ces dernières agissent comme un tampon en absorbant l’énergie des vagues et en piégeant les sédiments.

Thierry-Paul KALONJI

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *