Brazzaville : Le segment technique donne du contenu à la Commission Climat du Bassin du Congo

Les délégués de 16 pays d’Afrique présents aux travaux de Brazzaville ont défini les missions et un plan d’action assorti d’un chronogramme, de la Commission Climat du Bassin du Congo (CCB), en vue de son opérationnalisation, à l’issue des travaux du segment des experts qui s’est clôturé ce mercredi, 04 octobre 2017 à Brazzaville.

D’ici la fin de l’année 2107, le plan d’actions prévoit la préparation des éléments d’une stratégie de plaidoyer et de communication. Cette action sera lancée rapidement avec la mise en ligne et la promotion d’un site web dédié à la CCBT. Le plan prévoit également dans le même délai, la participation de la (CCBT) à la Cop23, en vue d’y mener des actions de promotion du Fonds bleu.
En 2018, il sera question de la présentation des résultats d’une étude de préfiguration constituée par le plan d’investissement qui doit intégrer les CDN (Contribution Déterminée au niveau National) des pays signataires. Ce plan d’investissement devra être présenté en janvier 2018 aux bailleurs des fonds, à Davos.

Les experts ont aussi donné du contenu en termes de missions à cette commission. Il s’agit notamment de promouvoir les politiques réacquises en matière d’adaptation et d’atténuation, consolider des engagement de l’Afrique en matière de la lutte contre les changements climatiques, accélérer la réalisation des initiatives déjà identifiées ou lancées, encourager et faciliter l’investissement et le financements durables, encourager et accompagner les coopérations Nord-Sud et Sud-Sud, et établir les synergies avec les autres instruments de l’Union africaine en matière de diplomatie climatique et environnementale.

Lire aussi  Biodiversité : 3 tonnes d'écailles de pangolins en provenance d'Afrique saisies à Shanghai

Plus Spécifiquement, la CCBT va fonctionner dans le sens de coordonner et orienter les initiatives prioritaires et de mobiliser les partenaires techniques et financiers. Dans ses aspects de gouvernance, elle est constituée d’un Organe exécutif, d’un Comité de suivi, d’un Comité scientifique et technique, et d’un Comité consultatif.

La Ministre congolaise du Tourisme et de l’environnement, Arlette Soudan-Naunolt, a salué le professionnalisme et sens du dévouement avec lequel les experts ont travaillé pour donner du contenu à cette Commission « Nos populations de plus en plus prêtent une grande attention aux questions relatives aux bouleversements environnementaux, en même temps qu’elles s’interrogent sur les résultats concrets de nos grandes messes et autres conférences, tandis que les catastrophes d’origines climatiques se multiplient. Il revient maintenant aux ministres et chef de délégations de s’approprier les documents produits et mis à leurs dispositions afin de mieux préparer les travaux du segment du haut niveau », a-t-elle déclaré.

Rappelons que la clôture des travaux de la Conférence extraordinaire des ministres de l’Environnement et des Finances de la CEEAC et de la CAE sur l’opérationnalisation de la Commission Climat du Bassin du Congo, du Fond bleu et sur la position commune face à la COP23 est prévue ce jeudi, 05 octobre 2017. Cette conférence a connu la participation de quelques pays africains à savoir, l’Angola, le Burundi, le Cameroun, le Congo, le Gabon, la Guinée, le Kenya, la République Centrafricaine, la RDC, Rwanda, Sao Toma et Principe, Soudan du Sud, Tanzanie, le Tchad et la Zambie.

Depuis Brazzaville, Alfred NTUMBA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *