Conservation : Arrestation d’une vendeuse de viande de brousse à Boende

Une vendeuse de viande de brousse a été interceptée et arrêtée ce lundi 23 octobre,  à Boende dans la province de la Tshuapa. Il lui est reproché de détenir 2 singes Magistrats, espèce intégralement protégée par la loi congolaise et 1 antilope cephalophus dorsalis. 

Ces spécimens proviennent du village Bokava, secteur de Djera, territoire de Boende à 32 Km de la ville de Boende. La trafiquante qui exerce au Marché central de Boende, est actuellement détenue au Parquet près le Tribunal de Grande Instance de Boende, qui a instruit le dossier.

Signalons que l’antilope Cephalophus dorsalis est partiellement protégée, et  ne peut être commercialisée que pendant la période de chasse. Ce coup de poing a été réalisé par les éléments de la Police nationale congolaise (PNC), de l’ICCN ( Institut Congolais pour la Conservation de la Nature, avec le soutien des autorités locales.

 

Alfred NTUMBA

 

Be Sociable, Share!
Lire aussi  Climat : les promoteurs de projets congolais formés sur les exigences du Fonds vert pour le climat

3 réflexions au sujet de « Conservation : Arrestation d’une vendeuse de viande de brousse à Boende »

  1. Bon geste mais dans l’ignorance. La pauvre n’a pas été sensibilisée et, les infractions en cette matière sont constatées par des OPJ assermentés de l’administration provinciale en charge de l’environnement. En outre, la mission de l’iccn est limitée au sein des aires protégées.

    1. bien dit mon respectué KOYAGIALO. mais vous devez aider le pays à hausse beaucoup plus la voix sur la sensibilisation dans de langues locales. c’est ne que chez nous seulement ou l’on va dans un champs avec les français et pourtant la pauvre ne maîtrise pas la langue de molière. plus d’échanger sur +243 845001978 mon watsap

      1. La protection de la faune en RDC en général et dans la Province de la TSHUAPA en particulier où la source des protéines animales de la population provient essentiellement de la pêche et la chasse, passe effectivement par l’information, la sensibilisation et l’éducation de la population
        Cependant pour éviter dans l’avenir des telles bavures il faudrait que le gouvernement provincial encourage la population à la promotion des techniques de l’élevage domestique des porcins , des lapins, poulaillers et la pisciculture qui leurs permettront de générer des revenus financiers importants et indirectement remplir les caisses de la province .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *