Sud-Kivu : la Réserve naturelle d’Itombwe, un bien sans maître ?

Depuis plusieurs années, la Réserve naturelle d’Itombwe dans la province du Sud-Kivu, a été prise d’assaut par les groupes armés, les exploitants miniers et les braconniers qui fusent de partout. Les différents acteurs de la société civile de la province cette province, œuvrant aux alentours de cette réserve, déplorent le laisser–aller observé dans cette aire protégée. L’exploitation minière et le braconnage y sont  pratiqués, même, par les non-congolais. Dans une interview accordée à Environews RDC, ce mercredi 01 novembre 2017, le président de la Société civile de Mwenga, Richard Minyota Kaseke,  évoque le manque d’arrêté ministériel devant réglementer si pas interdire l’accès à cette réserve.

« Je suis déçu de constater que depuis plusieurs années, la Réserve d’Itombwe ne fonctionne qu’avec un édit provincial provisoire qui la délimite. Et pourtant cette aire protégée est sensée bénéficier d’un arrêté ministériel au niveau national. L’édit provincial est tellement fragile et moins contraignante que, même les non-congolais y exploitent des minerais et d’autres y pratiquent le braconnage », a-t-il déclaré, avant d’inviter le Ministre national de l’Environnement et développement durable, à s’en occuper afin de protéger la biodiversité dans ce site. « Les étrangers venus du Burundi et de la Tanzanie pratiquent la chasse dans ce site sans en être inquiétés. Ils pratiquent le braconnage à outrance, sans tenir compte de périodes de reproduction des animaux ».

Outre le braconnage, Richard Minyota, confirme l’existence des réseaux d’exploitation illégale de bois d’œuvre, et des minerais par les groupes armées qui y opèrent, notamment les FDLR et FNL venus respectivement du Rwanda et du Burundi.

Lire aussi  Forêt : La SOCIPEQ charge Claude Nyamugabo comme auteur moral des illégalités forestières en RDC

Cette réserve qui est subdivisée en 7 différents axes à savoir, Basile, Wamuzimu, Itombwe, Lwindi, Burhinyi et Bafuliru est partagée par 418 452 habitants, qui selon le président de la Société civile de Mwenga, les communautés locales de ces différents villages vivent au dépend de ressources naturelles de cette aire protégée.

D’une superficie d’environ 12.000 km², la Réserve naturelle d’Itombwe dispose d’un massif central qui abrite d’importantes populations de chimpanzés de l’Est, et des gorilles de Grauer, espèce menacée d’extinction.

 

Janvier Barhahiga

 

Une réflexion sur « Sud-Kivu : la Réserve naturelle d’Itombwe, un bien sans maître ? »

  1. Oui la réserve naturelle d’ltombwe constitue un véritable Oasis de la biodiversité inestimable dans les trois territoires que partage ce merveille naturel, mais cela ne suffit pas car il faut aussi mettre en place une politique de protection adapté et capable de mettre en valeur sa riche écosystèmes, Voila pour il est vraiment nécessaire aussi de mettre en place Une structure citoyenne capable de stimuler l’appropriation et l’implication des communautés riveraines dans sa gestion.Voila pourquoi nous avons bon juger de mettre en place cette structure dénommé Observatoire Congolais d’empreinte écologique et de développement durable en sigle OCEEDD. Tél : +243990123535

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *