COP 23 : Emmanuel  Macron, « les pays riches ont une double responsabilité »

Du haut de tribune de la Cop 23 à Bonn, ce mercredi 15 novembre, le président  français Emmanuel Macron affiche une volonté diplomatique en appelant le pays riches à prendre leur responsabilité pour aider la planète à limiter le réchauffement climatique.

« L’accord de Paris est un point de départ sur lequel nous ne relâcherons rien », a-t-il insisté.

La journée du mercredi 15 novembre a été consacrée à une série de discours à Bonn où se poursuit jusqu’au 17 novembre la vingt-troisième édition de la conférence mondiale sur le climat. La chancelière Allemande Angela Merkel et le président français Emmanuel Macron étaient très attendus en raison de leur acharnement dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Leurs discours devraient donner un nouveau souffle au combat climatique, marqué par la décision de Donald Trump de quitter l’accord de Paris, signé par  son prédécesseur Barack Obama. C’est en faisant allusion à l’appel à protéger la planète lancé par 15 000 scientifiques que le locataire de l’Elysée a débuté son allocution. « Ceci pour rappeler à tous que le seuil de l’irréversibilité a été franchi,  avant d’évoquer les menaces que fait peser le réchauffement climatique sur les populations », a déclaré Monsieur Macron. Sans relever la question sur la position américaine, Macron a précisé que les pays riches sont appelés a bien jouer leur partition dans la lutte contre le dérèglement climatique.

« Les pays riches ont une double responsabilités : nous avons participé au changement climatique, nous devons donc participer activement à la transition climatique. Nous avons imposé au monde notre universel, il nous est interdit d’imposer au monde notre tragédie », a interpellé Emmanuel Macron

Lire aussi  Climat : le CCNUCC recherche des partenaires pour la COP23

Pour sa part, la France est déterminée à accélérer sa transition énergétique avec l’obsession de réduire ses émissions de gaz à effet de serre. Toutes les centrales à charbon seront fermées d’ici fin 2021.

C’est dans cette logique que le président français a invité les villes et les secteurs privés américains à s’engager pour compenser intégralement le retrait de leur gouvernement de l’accord de Paris.

La privation des financements du GIEC par l’administration Trump a aussi fait l’objet du discours très attendu d’E.Macron. Ce dernier appelle l’Europe à se substituer aux américains pour  financer le GIEC. «  Nous n’avons qu’un horizon, c’est maintenant », a-t-il conclu son allocution.

Thierry-Paul KALONJI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *