COP 23 : la 23ème édition de la conférence des parties sur le climat a vécu

La 23e édition de la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques s’est achevée ce vendredi 17 novembre à Bonn, en Allemagne. Elle a été marquée par des déclarations de quelques personnalités plus que par les grandes annonces.

Après deux semaines de discussions, rien n’est encore tranché sur le fond. Ce sera le rôle de la COP24, prévue en décembre 2018 à Katowice en Pologne et qualifiée de “moment de vérité” par le ministre français de la Transition écologique Nicolas Hulot, interrogé par France 24. “Le mérite de la COP23 est de mettre [tout le monde] en ordre de marche », a-t-il ajouté.

De cette grande messe qui a réuni environ 2500 délégués et observateurs, est sortie quelques déclarations qui selon les observateurs, ne devraient pas restées un chapelet de bonnes intentions, mais plutôt une motivation susceptible d’aider à atteindre les objectifs définit dans l’Accord de Paris.  Pour compenser le retrait des USA à l’Accord de Paris sur le Climat,  « l’Europe se substituera aux américains et la France sera au rendez-vous », a promis le président Français ; Emmanuel Macron.

De son côté, Alpha Condé, président en exercice de l’Union africaine et chef de l’État guinéen, a tenu à rappeler dans un discours prononcé lors de la journée africaine, en marge de la Cop23, l’Afrique n’est pas responsable de changements climatiques dont elle est victime. “Les changements climatiques entraînent la pauvreté et la pauvreté entraîne l’immigration et le terrorisme”, a-t-il martelé. « Il faut que chacun prenne ses responsabilités pour ne pas que les pays européens, face à la montée de l’extrême droite, se débarrassent de nos enfants sans voir que l’Europe a contribué à appauvrir l’Afrique. Donc, il faut lancer un appel très sérieux et demander à nos amis de voir que les intérêts des continents africains et européens sont liés », a-t-il exhorté avant de conclure que l’ « On ne peut pas régler ces problèmes tant qu’on ne permettra pas à l’Afrique de se développer ».

Rappelons que deux ans après la signature d’un accord historique ratifié par 169 pays, la Cop23 a essentiellement pour objectif de déterminer qui est tenu de faire quoi et dans quels délais, et comment les contributions de chacun peuvent être mesurées.

Lire aussi  Environnement : Claude Nyamugabo, « Sous mon mandat, nous allons respecter et exécuter les engagements internationaux »

Alfred NTUMBA

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *