Conservation : l’Union européenne peint le tableau de son engagement en RDC

C’est en présence des hommes d’affaire issus de différent secteurs et autres partenaires engagés dans la protection de l’environnement, que le chef de la délégation de l’Union européenne en RDC, Bart Ouvry,  a l’occasion de la réunion du cercle économique européenne, égrené les actions entreprises en faveur de la conservation de la nature et le succès obtenu pour attirer plus de touristes en République démocratique du Congo.Cette réunion tenue le 29 novembre à Kinshasa était entièrement axée sur la protection de l’environnement. La présence des différents intervenants suffisait pour comprendre combien cette rencontre était une tribune importante pour l’Union européenne qui est un acteur très engagé en faveur de l’environnement et de la conservation de la nature en RDC , de peindre le tableau de ses différentes réalisations.

En RDC, plus de 60 millions de personnes vivent dans ou à proximité des forêts. Une bonne gestion des parcs et autres aires protégées doit mettre l’homme au centre. Raison pour laquelle il est important d’apprendre à ces hommes et femmes des techniques d’agriculture durable, construire des barrages hydroélectriques, ce qui diminuerait la pression de l’homme sur les parcs, a renseigné Bart Ouvry. « Dans le cadre de nos programmes, l’environnement est un secteur dans lequel nous croyons beaucoup, et dont nous avons obtenu des succès très importants. Par exemple pour le parc des Virunga, nous sommes parvenus à soutenir le parc, pour qu’il puisse attirer jusqu’à dix mille touristes cette année, dans des conditions sécuritaires difficiles. Je crois que c’est un succès très important », a-t-il conclu.

Lire aussi  REDD+ : la RDC finalise son programme de mise en œuvre du système de surveillance des forêts

Lors de sa prise de parole, le directeur général de l’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN), Cosma Wilungula, a profité de cette occasion pour remercier l’UE et d’autres partenaires pour leur engagement dans la conservation malgré plusieurs difficultés. Il a assuré que grâce à l’appui technique et financier de ces partenaires, tous les parcs sont à ce jour viables, et toutes les espèces sont entrain de croître. Bien que l’insécurité soit encore une épine dans le pied de la conservation en RDC. A ce jour, on dénombre près de 380 agents commis à la garde des parcs qui ont payé de leur vie dans l’accomplissement de leur devoir.
« Cette tribune a été pour nous une opportunité pour apporter un message à ces hommes et à ces femmes qui nous assistent, qui apportent comme bailleur fonds un appui substantiel au secteur de la conservation de la nature. Il était important de les monter quel est notre niveau d’appréciation des appuis déjà obtenus mais quel est la grandeur du défis pour les besoins futures », a-t-il précisé.

L’autre temps fort de cette réunion était l’intervention du négociateur congolais de la Convention cadre des nations unies sur le changement climatique Tosi Mpanu Mpanu qui a fait le compte rendu de la Cop 23 qui s’est tenu à Bonn. La cop 23, son but son déroulement et ses débouchées ont été expliqués aux participants. La position de la RDC lors de cette Cop et de la prochaine qui cet se tiendra à Katowice en Pologne a été aussi révélée par cet expert.

Lire aussi  Environnement : La RDC abritera le Fonds de l’économie verte en Afrique centrale

Thierry-Paul KALONJI

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *