Catastrophes naturelles : 26 personnes périssent dans des glissements de terrain  aux Philippines

Au moins 26 personnes ont perdu la vie dans des glissements de terrains provoqués par    la tempête tropicale Kai-Tak ,  qui s’est abattue ce dernier week-end  sur les philippines.

 

Les autorités Philippines ont annoncé ce dimanche  17 décembre, la mort d’au moins vingt-six personnes et  23 autres disparues après des glissements de terrains qui ont frappé cet archipel.

Ces décès survenus dans l’île de Biliran ont été annoncés au lendemain du passage de la tempête sur l’archipel. Kai-Tak a déferlé en particulier samedi sur les îles orientales de Samar et Leyte, contraignant à l’évacuation près de 88 000 personnes.

Dimanche, Kai-Tak avait perdu de sa puissance pour devenir  une dépression tropicale mais les autorités ont mis en garde contre la possibilité d’inondations et de glissements de terrain. D’après l’Agence nationale de gestion des catastrophes, des lignes électriques ont été arrachées dans 39 localités sur Leyte et Samar. Des ponts et des routes ont été détruits.

Environ 15 000 passagers étaient bloqués car les services de liaison par ferry étaient toujours suspendus dans une partie de la région. En cette période de Noël, de nombreux habitants de l’archipel en grande majorité catholique voyagent pour rejoindre leurs  familles

A Tacloban, sur Leyte, des inondations soudaines se sont produites, avec de l’eau pouvant atteindre 1,5 mètre de hauteur.

« La tempête s’est déplacée si lentement qu’elle a déversé des trombes d’eau sur notre ville », a dit à l’AFP Ildebrando Bernadasle, responsable locale de la gestion des catastrophes, selon qui 82 % des districts de Tacloban étaient inondés.

Les intempéries ont également endommagé les fermes et les récoltes, ajoutant à la misère d’une population qui peine encore de se remettre du super-typhon Haiyan.

« Nous étions traumatisés par Haiyan qui avait détruit nos cocotiers. On a planté de la salade et des aubergines mais la nouvelle tempête les a aussi emportées. C’est un désastre », a déclaré à l’AFP Remedios Serato, un paysan de 78 ans de l’île de Leyte.

Sur cet archipel philippin, les typhons sont une monnaie courante.  Chaque année, près de 20 typhons se déferlent sur cette région.  Les îles de Samar et de Leyte avaient le plus souffert en 2013 du passage du super-typhon Haiyan, qui avait fait plus de 7 350 morts ou disparus.

Lire aussi  Climat : les autorités Sud-Africaine déclarent un état de catastrophe naturelle dans tout le pays

Thierry-Paul KALONJI

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *