Conservation : l’Union européenne étend son intervention à Bili-Uélé

3 millions d’euros, c’est le montant que l’Union européenne  vient d’allouer  au Domaine de chasse de Bili – Uélé dans la partie  nord de la RDC.  La signature de la convention de subvention entre la délégation  de l’UE et l’Ong AWF ( African Wildlife Foundation), a  eu lieu à Kinshasa, le mardi, 16 janvier.

Ces financements s’inscrivent  dans le cadre du programme ECOFAC VI,  lancé l’année  dernière à  Douala  au Cameroun.  Ils sont destinés à renforcer la gestion  de cette aire  protégée et promouvoir le développement  durable des activités agricoles en vue d’assurer le développement  économique  des communautés  riveraines. 

Ce projet de quatre ans prevoit également le renforcement  des capacités techniques et materielles des eco-gardes existants. Il devra permettre au Domaine de chasse de Bili-Uélé qui compte une vingtaine de gardes de parcs, de rallonger ses listes du perdonnel de conservation jusqu’à atteindre progressivement environs 200 éco gardes.

Pour l’Union européenne,  il est important de renforcer ce parc en nombre d’hommes, car il est la porte d’entrée de braconniers qui y transitent souvent pour mener des activités dans les autres parcs notamment dans le Garamba. Signalons que l’Ong AWF qui bénéficie directement de ces subventions  apporte une contrepartie  de 400 mille euros, ce qui ramène à  3,4 millions d’euros,  le coût  total de ce projet.

Les priorités de l’UE pour 2018

«Nous allons approfondir notre action. Nous voulons trouver de moyens additionnels pour assurer par exemple l’électrification au tour du parc national des Virunga, qui est une zone dans le Nord-Kivu qui a besoin d’etre stabilisée. Plutôt  que d’attendre la stabilité  par le développement,  nous croyons que par le développement,  nous pouvons atteindre la stabilité  », a informé le chef de la délégation  de l’UE à  Kinshasa,  Barte  Ouvry.

Lire aussi  Climat : Le Canada la Chine et l’UE échangent au tour de l’accord de Paris

Près de 30 ans durant,  l’UE apporte son appui technique  et financier au Parc national  des Virunga. Malgré des circonstances extrêmement difficiles marquées par l’insécurité dans la région, l’Union européenne a  toujours mené « une action suffisamment forte » pour faire la différence, a précisé  M.  Ouvry.  «Nous avons l’impression que nous sommes entrain de trouver gain de cause du fait que pendant cette année,  qui n’était pas facile du point de vue sécuritaire,  le parc a  attiré des milliers de touristes, c’est qui est une bonne nouvelle». 

A en croire le chef de la délégation  de l’UE à  Kinshasa,  l’action de son institution dans ce parc s’inscrit dans la durée. Cette action apporte non seulement  des emplois,  et de la croissance économique, mais elle contribue également au changement de l’image que l’on avait de ce plus ancien parc d’Afrique.  « Tous ces touristes qui ont visité  ce parc, deviennent des ambassadeurs de la République démocratique du Congo. Ils vont chanter les louanges de ce beau pays et de sa nature qui est extrêmement  riche», s’est  il félicité.

Selon  les autorités  de l’ICCN (Institut Congolais pour la Conservation de la Nature), l’intervention de l’UE est  salutaire pour la conservation de la biodiversité et le développement économique  des communautés  au tour des aires protegées. «C’est l’un de rares partenaires  qui interviennent  à  chaque fois que nous avons besoin de lui», affirme-t-on dans la sphère  décisionnelle  de cette institution  de l’Etat.

Rappelons que lors de son passage à  Kinshasa, le directeur provincial de l’ICCN,  le Prince Emmanuel de Merode  avait fait état  de recettes mobilisées grâce au tourisme dans les virunga au cours de l’année  2017, soit plus de 4 millions de dollars américains. Les 40% de ces recettes ont été retrocedés aux communautés  riveraines du parc afin de financer leurs projets de développement.

Lire aussi  Agriculture : le parc agro-industriel de Bukanga lonzo, un échec cuisant

Barte Ouvry espère  vivement que les considérations politiques dues  à  la situation que traverse la RDC permettront à  son institution  de continuer à  servir le peuple congolais surtout dans le domaine de la santé  et de l’environnement.

P.  Alfred NTUMBA

 

Be Sociable, Share!

Une réflexion sur « Conservation : l’Union européenne étend son intervention à Bili-Uélé »

  1. Vraiment une bonne nouvelle pour cette réserve de bili-Uélé abandonnée depuis depuis une longue periode, nous serons content de participer comme fils de la province et surtout ingénieur forestier de formation.

Répondre à Sunga Fidele Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *