Forêt : une ONG dénonce l’exploitation illégale du bois à Ingende et Befale

L’ONG GASHE (Groupe d’Action pour Sauver l’Homme et son Environnement) a publié un rapport mettant en cause certaines entreprises qui pratiquent une exploitation artisanale illégale dans les provinces de Tshuapa et Equateur. Les travaux de vérification de l’illégalité dont les résultats sont publiés ce vendredi 02 mars à Kinshasa, ont été menés entre décembre 2017 et février 2018.

Dans le secteur de Batala à Ingende, deux cas d’exploitations artisanales à l’aide des outils non appropriés et par des entreprises ont été signalés dans ce rapport. « Dans le territoire d’Ingende il s’observe une exploitation semi-industrielle avec le permis d’exploitation artisanale de bois qui utilise des outils d’exploitation industrielle », a informé le chargé de projet de l’ONG GASHE, Joseph Bolongo.

Parmi les entreprises pointées du doigt figure FK (Farage Kokobile) qui utilise les installations, le personnel et les engins de la société ITB (Industrie de Transformation du Bois), et Trade Vision qui exploite à l’aide des engins de l’Office de Route. « Ces sont des fausses accusations », rétorque Darius Mpinimoke, Directeur d’exploitation de la société ITB. « On était partenaire avec FK il y’a 3 ans. Et nous avons déjà arrêté ce partenariat ».

Selon ce cadre de l’entreprise ITB, FK utilisent le matériel d’ITB à son insu. « Nous allons diligenter une mission pour vérifier les faits. Cela va nous permettre de voir si devons les attaquer en justice », a-t-il précisé.

A Befale dans la province de la Tshuapa, le rapport signale des cas de ruptures des contrats de travail en violation des lois de larépublique, par la société COTREFOR, dans les concessions de Baulu et Motema. « Il y’a de situations de résiliation des contrats de travail. Il y’a des gens qui ont travaillé avec COTREFOR pendant plus de 5 ans, à qui on a remis des montants forfaitaires de décompte final de cinquante mille francs congolais. Nous attendons au niveau national qu’une décision soit prise pour remettre ces communautés dans leur droit », a indiqué le chargé de projet de l’ONG GASHE.

Lire aussi  Forêt : Quatre ans après utilisation en RDC, ForestLink se révèle comme un outil efficace de surveillance forestière

Pour Jean-Marie Nkada, Coordonnateur national intérimaire de RRN (Réseau Ressources Naturelles), les alertes lancées par l’ONG GASHE seront amplifiées et transmises aux autorités compétentes qui devront agir. « Nous allons essayer de voir quelle voie suivre, mais la finalité des alertes contenues dans ce rapport est qu’elles soient mises sur la tables des autorités pour des actions concrètes que nous pouvons suivre », a-t-il déclaré.

Alfred NTUMBA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *