Biodiversité : Richard Tshombe, « la conservation en RDC traverse une crise »

« La conservation e en République démocratique du Congo traverse une crise», c’est le constat fait par le directeur pays de WCS (Wildlife Conservation Society), Richard Tshombe Key. Dans une interview accordée à Environews RDC en marge de la célébration de la journée mondiale de la vie sauvage, le 03 mars 2017, Richard Tshombe déplore la dégradation du patrimoine naturel du pays.

Richard Tshombe Key, directeur national de WCS.

« Pour ne prendre qu’un seul cas, celui de l’Ituri, la population des éléphants comme celle des Okapis a diminué de 50 à 70%. La situation est critique. Si on n’agit pas maintenant, on va arriver à un point où cette faune ne pourra plus se reconstituer », s’est-il inquiété.

Si le braconnage persiste durant les dix prochaines années, renseigne-t-il, on ne pourra plus parler des éléphants de forêt en RDC. Pour aider à protéger ces espèces emblématiques, la WCS apporte son soutien technique et financier à l’Institut congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN).

« Par nos inventaires et nos suivis de la faune, on renseigne l’ICCN car c’est à lui de prendre des décisions idoines », a indiqué Richard Tshombe. « Nous notre rôle est de lui dire voici dans quel état se trouve la faune, voici comment cette population est repartie, voici les menaces qui pèsent sur cette population, et nous proposons des pistes de solutions. Ensuite on passe le relais au gouvernement, donc à l’ICCN ».

Signalons que depuis quelques temps, WCS tente de négocier un partenariat public-privé avec l’ICCN pour la gestion de la RFO (Reserve de Faune à Okapi). « On discute encore avec l’ICCN et on espère qu’on va aboutir cette année. C’est une solution qui est envisagée pour pas mal d’aires protégées en RDC, surtout dans les sites du patrimoine mondial », a-t-il informé.

Lire aussi  Cap vers la cop 21: Un rendez-vous pas comme les autres

En attendant, la Wildlife Conservation Society mène sur Kinshasa et Brazzaville, une étude pour cartographier les différents foyers de consommation de la viande de brousse. Après cette étude, elle procédera à la campagne de sensibilisation de masse sur l’impact négatif de la consommation de la viande de brousse sur la faune sauvage.

Alfred NTUMBA

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *