Brazzaville : Amy Ambatobe plaide pour l’accompagnement de la RDC dans la gestion durable des tourbières

Le Ministre de l’Environnement et développement durable, Amy Ambatobe a invité les partenaires de l’IMT (Initiative mondiale sur les Tourbières) à accompagner la RDC dans la gestion participative, responsable et durable des tourbières récemment découvertes à Lokolama. Il a fait cette déclaration, ce mercredi 21 mars, lors du démarrage des travaux de la 3ème réunion de l’IMT, à Brazzaville.

Conformément à son plan d’action, la RDC entend démarrer la réalisation d’une cartographie exhaustive des tourbières sur l’étendue de son territoire. Elle compte par ailleurs procéder à l’élaboration d’une Stratégie Nationale de gestion des tourbières qui lui permettrad’identifier les acteurs et les facteurs de pression sur cette ressource en vue d’adopter des politiques sectorielles transformationnelles visant à enrayer ces dynamiques.

« Il va sans dire que la réalisation de notre ambition nationale passe par la mobilisation de moyens techniques et financiers conséquents. Il s’agira certes d’engager nos ressources propres afin de démontrer le bienfondé de notre démarche et le fort degré d’appropriation de celle-ci, mais également de mettre à contribution nos partenaires multilatéraux et bilatéraux en vue de mener à bien ce vaste chantier », a-t-il souligné.

« Nous sommes heureux de constater que ceux-ci sont réunis ici avec nous et qu’ensemble nous pouvons sans plus tarder prendre des engagements forts qui feront de la rencontre de Brazzaville la conférence fondatrice d’une initiative régionale pour la gestion des tourbières dans le Bassin du Congo ».

Amy Ambatobe a relevé l’importance que revêt cet énorme réservoir de diversité biologique que représentent les tourbières du Bassin du Congo et de la multitude des formes de flore et de faune qu’elles abritent.

Lire aussi  COP 23 : Amy Ambatobe discute de la levée du moratoire sur les forêts congolaises

« L’organisation des présentes assises dénote encore une fois, s’il en était besoin, de l’engagement commun de nos deux Chefs d’Etat pour la conservation de nos forêts, pour la sauvegarde de leur biodiversité et pour la reconnaissance de la fonction essentielle qu’elles remplissent dans la stabilisation du climat à l’échelle planétaire », a-t-il précisé.

A en croire le ministre, « La surface couverte par ces tourbières représente non seulement une superficie 16 fois plus grande que les estimations faites antérieurement, mais constitue l’étendue de tourbières la plus large sous les tropiques. Ces tourbières dont les 2/3 sont situés en République Démocratique du Congo et le 1/3 restant au Congo Brazzaville, ont une profondeur située entre 3,5 et 5 mètres, ce qui constitue un record mondial ».

La République Démocratique du Congo est consciente de l’impérieuse nécessité de protéger les avantages que fournissent les tourbières du Bassin du Congo. Pour ce faire, le pays accéléré au niveau national, la mise en œuvre des objectifs de la Convention de Ramsar sur les Zones Humides.

La RDC a mis en place au mois de juillet dernier, une unité de gestion des Tourbières, dont les missions principales sont la coordination de la cartographie des tourbières sur l’étendue du territoire national, l’élaboration et la mise en œuvre d’une stratégie nationale de gestion des tourbières.

Alfred NTUMBA

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *