Brazzaville : Début des travaux de la 3ème réunion de l’Initiative mondiale sur les tourbières

Brazzaville accueille depuis ce mercredi 21 mars,  la 3ème réunion de l’Initiative mondiale sur les tourbières. Durant deux jours, le segment technique de cette conférence va s’atteler sur les connaissances techniques, les outils et approches pour la surveillance des tourbières, les facteurs contribuant à leur dégradation, l’inter relation entre l’hydrologie, les forêts et les sols dans les zones couvertes par les tourbières, l’évaluation des stocks de carbone et scenarios futurs résultant du développement industriel et tant d’autres actions susceptibles d’aider à la conservations de ces espaces importants.

Lancement des travaux du segment technique de la 3ème réunion de l’IMT à Brazzaville. (Crédit photo, Raoul Siemeni- RECEIAC)

Pour Arlette SOUDAN-NONAULT, Ministre du Tourisme et de l’Environnement de la République du Congo, les tourbières de la cuvette centrale méritent d’être connues à fond afin de mieux garantir leur gestion.

« Toute source naturelle ou non de stockage de carbone doit être conservée et promue en lien avec le développement économique et social.Il en est ainsi des tourbières en général et de celles des Lac Télé au Congo et Lac Tumba en République Démocratique du Congo en particulier, dont les travaux scientifiques viennent de révéler qu’elles retiennent 30 milliards de tonnes de carbone », a-t-elle souligné.

La découverte des Tourbières dans les forêts d’Afrique centrale, devrait entre autres amener à changer le paradigme, car l’implication des Tourbières dans le cycle mondial du carbone et leurs

Incidences sur les climats mondiaux interpelle l’homme à plus d’un titre.

Tout en souhaitant des conclusions salutaires, la COMIFAC a salué la tenue de cette troisième réunion des partenaires de l’initiative globale sur les Tourbières à Brazzaville. Elle a tout de même encouragé les deux républiques sœurs à développer des projets de conservation dans les Landscape Lac Tumba-Lac Tele.

« Ces sites prioritaires constituent de vastes zones relativement intactes où peuvent effectivement être menées des activités de conservation et de gestion durable en vue de préserver les ressources de la diversité biologique ». A indiqué le représentant de la présidente en exercice de la Commission des forêts d’Afrique centrale COMIFAC.

Lire aussi  Assainissement : Marina Eunice Hamisi, "mon projet consiste à transformer les déchets plastiques en carburant diesel"

Alfred NTUMBA

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *