Forêt : Cacophonie au tour de la table ronde sur la levée du moratoire en RDC

Sauf décision de la dernière minute, le Ministère de l’Environnement et Développement durable ne participera pas à la Table ronde qui s’ouvrira ce lundi 23 avril à Kinshasa, pour discuter de la politique forestière, la possibilité de lever ou non le moratoire et la révision du Code forestier. Cette décision serait alimentée par la décision du ministère de l’Environnement instruisant ses services à ne pas prendre part à cette rencontre.


« Le MEDD [Ministère de l’Environnement et développement durable] a été instruit de ne pas participer à cette Table-ronde. Ne pas insister s’il vous plait ». Cette phrase d’une autorité de ce ministère en dit tout sur le refus catégorique qui a été réservée à la société civile environnementale suite à sa requête d’associer les services compétents du Ministère de l’Environnement de la RDC à l’organisation de cette activité.

Pour la société civile environnementale, la Table ronde se tiendra avec ou sans le MEDD. « Il y’a problème ou question d’approche. Le Ministère de l’Environnement tient à lever unilatéralement le moratoire sur les nouvelles allocations forestières et réviser unilatéralement le Code forestier. La société civile et les autres ministère qui ont une influence sur terre et forêt/Environnement, sont pour une approche consensuelle », répond les experts de la société civile qui fustigent l’attitude du Ministre de l’Environnement Amy Ambatobe.

Et de renchérir, « la société civile est une partie prenante importante. Elle a décidé de tenir seule cette table ronde avec d’autres ministères invités et la Présidence de la République. Le Ministre de l’Environnement a semblé soutenir qu’il n’a jamais reçu l’invitation et les termes de référence. Tout a été déposé à son cabinet, au Secrétariat général à l’Environnement et à toutes les directions clés du Ministère».

Serait – ce là le début d’un épisode d’un bras de fer entre les deux parties ? Qui en sortira vainqueur et vaincu ? Des questions dont seul l’avenir pourra repondre. Wait and see !

Lire aussi  COMIFAC : les 5 priorités du nouveau personnel statutaire

Alfred NTUMBA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *