Forêt : Vers la levée consensuelle du moratoire en RDC ?

Après une longue période de guéguerres entre le Gouvernement et la société civile environnementale de la RDC, les violons donnent l’air de s’accorder pour une éventuelle levée du moratoire sur l’octroi des allocations forestières en République démocratique du Congo, et la révision du Code forestier promulgué en 2002.

C’est dans ce cadre que s’ouvre ce lundi 23 avril à Kinshasa, la Table Ronde multi-acteurs articulée essentiellement autour de l’élaboration de la politique forestière, de la révision du code forestier et de la levée du moratoire sur les nouvelles allocations forestières et la conversion des titres en concessions forestières.

L’objectif global poursuivi à travers cette rencontre est d’évaluer et susciter un débat public constructif entre toutes les parties prenantes sur la levée du moratoire relatif aux concessions forestières et la révision du Code forestier en vue de conforter la vision de la nouvelle politique forestière en marge de la mise en œuvre de la lettre d’Intention signée entre le Gouvernement de la RDC et l’Initiative pour les Forêts de l’Afrique Centrale, CAFI.

Durant 3 jours, quatre-vingt délégués issus des secteurs publics, des bailleurs des fonds, de la société civile, du secteur privé, des milieux scientifiques et des communautés locales et peuples autochtones concernés par la gouvernance forestière, vont évaluer l’opportunité et l’intérêt de la levée ou du maintien du moratoire sur les concessions forestières et développer une vision globale des parties prenantes sur la gouvernance du secteur forestier en vue notamment d’améliorer le processus de négociation de l’APV-FLEGT, de certification forestière, de mise en œuvre de la REDD+ et d’intégration du CLIP dans les différents processus décisionnels se rapportant aux forêts.

Lire aussi  France : Joseph Bobia, « la démission de Nicolas Hulot est un aveu d’échec »

Difficile d’évoquer à ce stade un quelconque rapport de force entre le gouvernement de la République démocratique du Congo et la société civile environnementale, qui, chacun de son côté prône la gouvernance forestière. Néanmoins, l’heure est venue pour ces deux acteurs, qui autrefois se regardaient en chiens de faïence, d’aplanir leurs divergences et baliser le chemin à la levée de ce moratoire qui n’a fait que durer, empêchant ainsi la RDC à tirer pleinement profit de ses ressources forestières.

Alfred NTUMBA

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *