Fonds bleu : Début à Brazzaville des travaux du segment ministériel de la Commission Climat du Bassin du Congo

Les ministres de l’environnement et autres experts techniques venus de pays membres de la Commission Climat du Bassin du Congo se sont réunis ce vendredi 27 avril, à Brazzaville (République du Congo), pour préparer le dossier à soumettre aux Chefs d’Etats et de gouvernements qui devront se réunir le dimanche 29 avril 2018, dans la capitale congolaise pour opérationnaliser le Fonds pour le climat, instrument financier de ladite commission.

Photo prise lors du démarrage des travaux du segment ministériel de la Commission Climat du Bassin du Congo à Brazzaville (République du Congo).

Pour le Premier ministre de la République du Congo, Clément Mouamba, le moment est venu de rendre opérationnel le Fonds bleu en vue de mobiliser des financements nécessaires pour le développement des communautés.

« Le moment est réellement venu de rendre les outils opérationnels pour que l’on puisse financer des projets précis qui ont pour intérêt à la fois, de faire du développement dans cette zone tout en préservant nos eaux, nos forêts, de manière globale préserver notre environnement », a-t-il déclaré.

Les pays membres de la Commission Climat du Bassin du Congo, se devront de présenter des projets bancables notamment dans le domaine de l’agriculture, l’énergie, le tourisme, et le transport en vue d’attirer des financements Climat.

« Nous avons aujourd’hui 24 projets sectoriels identifiés. Nous n’attendons plus qu’à avoir des fonds pour pouvoir, après l’étude de préfiguration, trouver des financements », a précisé la Ministre du Tourisme et de l’Environnement du Congo Brazzaville, Arlette Soudan Nonault.

Au regard des attentes de pays d’Afrique centrale et de l’Est qui subissent de plein fouet les effets des changements climatiques. L’opérationnalisation de ce fonds, aidera la Commission Climat du Bassin du Congo à disposer d’un outil fort devant l’aider à mieux exécuter sa politique.

Lire aussi  Forêt : Méthanisation des ménages congolais, le satisfecit du Ministre de l’Environnement et Développement durable

« Un plan stratégique d’investissement pour le Bassin du Congo contribuera à déterminer la feuille de route de la politique du développement durable de ce bassin dont le Fonds bleu sera le premier outil de financement qui doit générer une accélération de la dynamique de financement des projets qui ont un effet de levier sur la transition climatique et économique », a soutenu la Secrétaire d’Etat au Développement durable du Maroc, Nezha El Ouafi.

Les attentes des uns des autres

Ce sommet qui revêt d’une importance capitale pour les Etats, se veut une tribune pour les délégués des pays d’exprimer leurs attentes. La RDC qui prend part à ce sommet a de quoi construire sa requête.

«Les attentes de la RDC sont telles que nous devons jouer un rôle important  et primordial étant donné que lorsqu’on parle de ressources en eau au niveau du Bassin du Congo, la RDC seule en dispose 40%. Nous occupons la toute première place, et en termes de défi et des besoins, on doit prendre en compte la République démocratique du Congo », a évoqué Amy Ambatobe, Ministre de l’Environnement et Développement durable de la RDC.

Si pour la RDC les attentes vont dans le sens de considérer sa position de leader en ressources en eau, il en est de même pour la République centrafricaine dont les besoins en terme d’appui sont incommensurables a rappelé le Ministre centrafricain de l’Environnement et Développement durable, Thierry Kamach. « Tous les pays du Bassin Congo on le même problématique. Tous ce que nous souhaitons c’est d’abord l’opérationnalisation du Fonds bleu qui va permettre d’améliorer les conditions de vie de nos populations », a-t-il précisé.

Lire aussi  Brazzaville : Le gouvernement réagit aux accusations de Greenpeace contre la campagne de greenwashing

Les financements qui seront issus de ce fonds devront contribuer au développement de l’économie dite des tourbières. Notons que plusieurs chefs d’Etat feront le déplacement de Brazzaville, certains y séjournent déjà, notamment le libérien Georges Weah.

Depuis Brazzaville, Alfred NTUMBA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *