Conservation : Les rhinocéros noirs d’Afrique du Sud réintroduits à Zakouma (Tchad)

Six rhinocéros noirs en provenance de l’Afrique du Sud viennent d’être réintroduits dans le parc national Zakouma au Tchad où la population de ce pachyderme est en extinction depuis les années 1970 et où des mesures ont été mises en place pour lutter contre le braconnage. Si le rhinocéros noir parcourait autrefois la majeure partie de l’Afrique subsaharienne, il est aujourd’hui au bord de l’extinction principalement à cause du succès de sa corne sur les marchés asiatiques. Au Tchad, deux espèces de rhinocéros, les rhinocéros blancs (Ceratotherium simum) et les rhinocéros noirs (Diceros bicornis) cohabitaient traditionnellement.

Malheureusement, au cours des 50 dernières années, le braconnage a décimé la population de rhinocéros noirs dans de nombreux pays africains comme le Tchad. D’après une étude du WWF, 98% de la population aurait en effet disparu entre 1960 et 1995. Des politiques de conservation et de lutte contre le braconnage sont aujourd’hui mis en place pour protéger cet animal mais le braconnage reste très présent.

L’an passé, plus de 1.000 rhinocéros ont été tués pour leurs cornes rien qu’en Afrique du Sud qui abrite la plus grande population existante de cette espèce, environ 2.000 spécimens pour une population totale estimée à 5.400 individus. Six rhinocéros réintroduits avec succès  Le rhinocéros est toutefois en passe de faire son grand retour au Tchad dont il avait disparu depuis les années 1970.

Jeudi dernier, après un voyage de 4800 kilomètres en avion depuis l’Afrique du Sud, six rhinocéros noirs ont été réintroduits dans le parc national tchadien de Zakouma. Le gouvernement a signé un accord avec l’ONG African Parks Network pour leur déléguer la gestion du parc où de nombreuses mesures ont été prises ces dernières années pour lutter contre la braconnage et l’insécurité. « Habituellement, les gros titres sur les rhinocéros concernent leur déclin. Aujourd’hui, on parle de leur avenir plus brillant« , s’est réjoui Peter Fearnhead, directeur général d’African Parks.

Lire aussi  Forêt : Plus d’exploitation illégale du bois rouge dans le haut Katanga 

Les six spécimens, deux mâles et quatre femelles, ont été transportés avec grand soin mais avec succès vers leur nouvel habitat où les équipes espèrent qu’ils parviendront à donner naissance à une nouvelle population viable, la population sauvage située la plus au nord en Afrique.   Par le passé, l’ONG African Parks a déjà réussi le transfert et la réintroduction de rhinocéros dans d’autres parcs nationaux comme au Rwanda en 2017 et en Malawi en 2003.

Le transfert de ces rhinocéros originaires d’Afrique du Sud vers le Tchad est le symbole d’une politique de coopération transafricaine de plus en plus importante. Collaborer pour sauver les espèces  De nombreux problèmes de conservation de la nature sont communs aux différents pays africains.

Depuis quelques années, ces derniers rassemblent ainsi leurs efforts pour trouver des solutions contre le braconnage et la baisse de biodiversité dans leur région. « Pour l’Afrique du Sud, ce transfert est plus qu’une question de rhinocéros. C’est une question de tisser des relations, de trouver pour les pays africains des solutions communes afin de faire face à des défis communs« , a confirmé Albi Modise, du Département des Affaires environnementales d’Afrique du Sud.       « En établissant une population sûre et viable de rhinocéros au Tchad, nous contribuons à l’expansion de la population de rhinocéros en Afrique et la survie de cette espèce menacée par des niveaux élevés de braconnage« , a renchéri Edna Molewa, ministre de l’Environnement sud-africaine.

En savoir plus : http://www.maxisciences.com/rhinoceros/le-rhinoceros-noir-fait-son-retour-au-tchad-apres-50-ans-de-disparition_art40724.html

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *