Forêt : des journalistes formés à l’utilisation de l’Atlas forestier à Kinshasa

Plus de dix journalistes de Kinshasa ont été formés à l’utilisation de l’Atlas forestier en ligne. La séance de renforcement des capacités des professionnels de médias spécialisés dans les questions environnementales organisé par WRI ((World Ressources Institute), avait pour but de leur faire découvrir cet outil du gouvernement développé pour assurer la transparence dans la gestion forestière.

Des journalistes spécialiste de l’environnement en pleine séance de formation sur l’utilisation de l’Atlas forestier de la RDC.

« C’était important [la formation], parce que le Ministère a créé un outil où il y’a beaucoup d’informations, où il [le ministère] fait preuve de transparence. Il fallait que les professionnels de médias puissent maîtriser cette information et éventuellement soutenir le ministère dans cette lancée de transparence dans la gestion forestière», a indiqué Alain Engunda, Expert à WRI et facilitateur de la formation.

Deux jours durant, les journalistes ont été soumis à plusieurs exercices qui leur ont permis de comprendre et maitriser les différentes fonctionnalités contenues dans cet outil. Notamment, la détection de sources de conflits liés à la superposition des titres, les incompatibilités d’affectation des terres, la détection de sources de chaleur, ainsi que l’analyse de différentes alertes  indiquant la disparition du couvert forestier sur l’ensemble du territoire national.

« C’est vraiment un outil qui nous servira à faire des analyses. Nous avons appris la superposition de titres tels que les titres de concessions forestières et minières. C’est une matière très importante », s’est félicitée Pascaline Busanga, journaliste à l’Agence Presse Associée (APA).

Bien que les journalistes formés puissent se servir facilement de cet outil, cependant ils ne devront nullement laisser de côté les différentes étapes de traitement de l’information qui consistent notamment à confronter les données issues de cet Atlas avec celles des ministères de tutelles ainsi que celles des autres acteurs de terrain telle que la société civile locale.

Lire aussi  Santé : En Afrique L'état de santé révèle un autre discours de l'économie

Rappelons qu’avec cet Atlas mis en ligne depuis août 2017, le gouvernement congolais à travers son ministère de l’Environnement et Développent durable est à mesure de suivre l’évolution du couvert forestier presqu’en temps réel. Cet outil développé notamment grâce au soutien de l’Université de Maryland (USA), permet également au ministère de rendre disponibles et ouverts au public, les différents contrats signés et autres textes et documents utiles, pour assurer la traçabilité et rendre plus transparent  le secteur forestier en République démocratique du Congo.

Alfred NTUMBA

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *