Environnement : les changements climatiques emportent les plus vieux baobabs d’Afrique

L’Afrique connait la perte de ses plus vieux baobabs en raison de changement climatique, selon une étude publiée ce lundi 11 juin dans la revue nature plants. Cette étude suppose que 9 des 13 plus vieux baobabs africains sont entièrement ou partiellement morts lors de ces 12 dernières années, les chercheurs essayant d’étudier une soixantaine de baobabs pour tenter de percer le secret de leur longévité, découvrent soudainement leur disparition massive.

Parmi les victimes, 4 symboliques, âgés de 1100 à 2500 ans et tutoyant le ciel, dont Panke au Zimbabwe, le plus vieux baobab avec 2450 ans au compteur, le baobab Sunland avec 1000 ans, le Platland en Afrique du sud, l’un des plus gros du monde et le célèbre baobab Chapman de Botswana, sur lequel Livingstone grava ses initiales, classé comme monument national.

Tous le continent est touché mais il semble que le Madagascar en particulier, perd drastiquement du jour au jour son couvert forestier et cela demeurera ainsi si rien n’est fait d’ici les années prochaines, d’autant plus que les pratiques des agriculteurs malgaches, qui, déboisent la forêt pour cultiver, est l’une des raisons poussant au changement climatique.

Cependant aucune étude sur le système européen montre qu’une espèce en particulier disparaît suite à ce fait, a contredit Pascal Danthu, écologue du CIRAD, Centre International Recherche agronomique et de coopération internationale pour le développement durable des régions tropicales et méditerranéennes, lors d’une interview accordée à la France info ce mardi 12juin.

Néanmoins, il faudra toutes fois des recherches pour affirmer cette hypothèse, la mort naturelle est peu probable selon les chercheurs en raison de la multiplication des morts, mais surtout de la longue durée de vie de ces arbres.

Lire aussi  Salubrité : Les volontaires de Greenpeace sensibilisent par les actes à Kinshasa

Charlie Luteza

Be Sociable, Share!

Une réflexion au sujet de « Environnement : les changements climatiques emportent les plus vieux baobabs d’Afrique »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *