Santé : Le master ECOM-ALGER s’apprête à décerner des diplômes aux experts en écologie de la santé

Le master Ecologie des Maladies infectieuses Aléas naturels et Gestion des Risques (ECO-ALGER) de la Faculté de médecine de l’Université de Kinshasa, a procédé ce 2 août 2018, aux soutenances des mémoires de ses étudiants pour l’année académique 2017 -2018.  Au total, 17 étudiants inscrits à ce master 1 ont tour à tour défendu leurs projets d’étude devant un jury composé d’éminents professeurs de cet établissement universitaire, avant de se voir décerner le titre d’expert en écologie de la santé.

Séance de soutenance des mémoires à l’ECOM-ALGER, (Photo, Glody MFULU – Environews).

Après près de 10 mois de formation, l’heure est venue pour les apprenants de ECOM-ALGER, de présenter leurs travaux de recherche afin de couronner leur parcours au sein de cette institution qui consacre sa formation aux moyens de gestion et de contrôle des différentes maladies en s’appuyant sur une transdisciplinarité, conciliant l’homme et son environnement.

C’est en présence d’un jury formé des hommes des sciences bien affûtés que pendant deux jours, les apprenants ont défendu au cours d’un débat public, les mémoires qu’ils ont eu à élaborer.

Pour la première journée, l’entrée était bien réussie. Les étudiants qui ont soutenu, sont arrivés à offrir aux membres du jury ainsi qu’à l’assistance des travaux de qualité, aux thématiques variées comme le paludisme, la trypanosomiase africaine, l’onchocercose, la drépanocytose et tant d’autres.

«  Les résultats de ces travaux sont intéressants du fait qu’ils constituent une base des données importantes pour le gouvernement afin de lutter contre toutes ces maladies. Grâce à ces travaux, on sait maintenant dans quels coins de Kinshasa on peut trouver des gîtes des anophèles », s’est félicité le professeur Gilbert NDJESSI, membre du jury.

Lire aussi  Salubrité : Une dizaine d'acteurs formés sur l'hygiène et la gestion des déchets à Kinshasa

Pour leur part, les récipiendaires ont affirmé que les choix de sujets est sous-jacent à l’observation de leurs milieux de vie ainsi qu’aux problèmes de santé publique qui les touchent directement.
«  Un jour pendant que je nourrissais ma mémoire avec la lecture, je suis tombé sur un ouvrage qui faisait le point sur la malnutrition dans le monde. Et parmi les pays les plus touchés, la RDC fait figure avec plus 1,5 millions mal nourris. . Je me suis dit : pourquoi pas mener une recherche sur ce problème, en y intégrant l’aspect épidémiologique », a expliqué Rossi KANDA, un des récipiendaires.

C’est ce vendredi 03 août que se poursuivront ces soutenances qui se déroulent à l’ERAIFT, avant de voir ECOM-ALGER baisser les rideaux sur cette année académique 2017-2018.

Pour rappel en RDC comme partout dans le monde, l’on assiste à l’émergence des certaines maladies infectieuses non connues dans le temps, ou encore à la résurgence d’autres maladies déjà éradiquées dans le temps, le tout en faisant allusion aux risques naturels ou à ceux provoqués par l’homme, bien que les approches de lutte et des programmes mis en place ne marchent.

C’est dans ce cadre que le master ECOM-ALGER a été initié par le professeur Jean-Jacques MUYEMBE, afin de former des cadres qui soient capables de mettre en place des programmes multidisciplinaires qui prennent en compte la lutte contre les maladies de façon globale, pour répondre à ces nouveaux défis auxquels est confronté notre pays.

Les responsables de cet établissement qui collaborent avec plusieurs universités ayant pignon sur rue à l’instar de l’Université Franche-Comté à Bourgogne, l’université de Montpelier, l’université Marien NGUABI et tant d’autres, lancent à cet effet un appel à tous ceux qui veulent les rejoindre, de bien vouloir apporter leurs dossiers car les inscriptions pour une session ont déjà débuté, et s’étendent jusqu’au mois de septembre, a informé Julien Tahongo, membre de l’équipe pédagogique d’ECOM-ALGER.

Lire aussi  SANTÉ : DEBUT DE LA VACCINATION CONTRE EBOLA

Thierry-Paul KALONJI

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *