Santé : des Scientifiques alertent sur l’exposition prolongée devant les écrans

Au moment où les écrans font  subir au quotidien  leur lois à travers le monde,  la lumière bleue qu’ils émettent à haute dose est quant à elle une fois de plus pointé du doigt par des chercheurs américains à l’issue de leur étude, dont les résultats ont été rendu public  dans la revue Scientific Reports.

C’est une étude qui retentit comme un énième avertissement sur  les conséquences d’une exposition prolongée devant les écrans.  Si hier on savait déjà qu’elle pouvait être responsable de la perturbation  du sommeil, aujourd’hui, ces chercheurs vont jusqu’à démontrer comment cette  pratique peut avoir des  répercussions irréversibles pour la vue.

Selon eux, en regardant un écran de télévision, un ordinateur ou une tablette, la lumière émise active les photorécepteurs. Un réseau de cellules très dense dans l’œil, mais aussi très sensible.

Ainsi, cette lumière bleue interagit avec les photorécepteurs et active une molécule, le rétinal devient aussitôt toxique. Dès deux heures et demie passées devant un écran, la molécule finit par tuer le photorécepteur, en endommageant la membrane de la cellule.

En outre ,  l’utilisation des écrans dans le noir, une autre bombe à retardement signale   cette étude, car  à terme la vision est parcellaire  puisque dans l’obscurité  il y a moins de photorécepteurs. La  réaction chimique est plus forte et destructrice et   Il y a risque que des tâches irréversibles puissent apparaître dans le champ de vision après 60 ans.  Ceci, du fait que dans le noir, les pupilles sont dilatées.

Cependant, les chercheurs ont proposé tout de même une solution.  Il s’agit d’une molécule protectrice, pour empêcher le jeu dangereux entre le rétinal et la lumière bleue. Cette molécule pourrait être appliquée sous la forme de goutte avec comme objectif de protéger les enfants  par ce que leur  cristallin ne filtre pas la lumière bleue. Mais ils alertent au demeurant que limiter l’exposition des plus jeunes devant les écrans reste la meilleure solution.

Lire aussi  Goma : le dioxyde de carbone (CO2) fait de nouvelles victimes

 

Thierry-Paul KALONJI

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *