Nairobi : les journalistes environnementaux outillés sur la restauration des paysages d’Afrique

Les journalistes environnementaux participants au GLF 2018 (Global Landscape Forum), ont été édifiés sur le lien entre la promotion du genre avec un impact positif dans le processus de la restauration des différents paysages détériorés en Afrique, la réduction de la pauvreté et la conservation de la biodiversité, et le processus REDD+.

Ce partage de connaissances avait pour but d’armer les chevaliers de la plume présents à ces assises, afin qu’ils s’approprient le combat pour la restauration des paysages fragiles et dénudés d’Afrique. Les thèmes abordés au cours de cette séance de travail seront également, développés au cours des travaux de ce grand Forum qui ouvrira ses portes à Nairobi (Kenya) ce mercredi 29.

Pour Noël Kokou Tadegnon, journaliste indépendant togolais, ces échanges sont une façon de fournir aux journalistes environnementaux les informations devant lui faciliter les analyses nécessaires sur la question de la restauration des paysages d’Afrique. « Au nombre de modules dispensés, la REDD+ intervient comme une solution à  la restauration des forêts dégradés et à l’adaptation climatique », a-t-il indiqué.

« Les connaissances environnementales des femmes et des hommes sont prioritaires en matière de restauration des paysages. Malheureusement dans certains pays d’Afrique le cadre légal ne donne pas accès à ces femmes de posséder les terres, de renforcer des lois en leur faveur pour leurs permettre de contribuer efficacement à la restauration des paysages forestiers », a déclaré claire Sacramento, une journaliste béninoise.

Les bonnes pratiques des informations environnementales en Afrique avec une approche participative et d’engagement communautaire devront être intériorisées par les professionnels des médias, de sorte que dans la narration des faits, qu’ils facilitent aux communautés, la compression de cette question en vue de susciter une participation massives de celles-ci.

Lire aussi  Forêt : Les forêts congolaises séquestrent environ 23 giga tonnes de carbone

Albert MUANDA

Be Sociable, Share!

2 réflexions sur « Nairobi : les journalistes environnementaux outillés sur la restauration des paysages d’Afrique »

  1. outiller les journalistes sur l’etat des lieux des problemes environnementaux auxquels font face les pays africains, aussi les inciter a prendre l’engagement de contribuer a travers les medias, a la restauration du paysage forestier dans leurs pays respectifs

Répondre à Emmanuel KALONJI Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *