FIPA 2018 : Vital Bambanze, « au Burundi, la question des autochtones a beaucoup évoluée »

Le Burundi est l’un de rares pays d’Afrique où la question des peuples autochtones a beaucoup évoluée. Se confiant à ENVIRONEWS, Vital Bambanze, sénateur honoraire du Burundi, a affirmé que dans son pays plusieurs actes de discrimination à l’égard des peuples batwa ont été totalement bannis.

Vital Bambanze, ancien sénateur et représentant des communautés batwa au Parlement burundais de 2010 à 2015.

« Il faut signaler qu’au Burundi par rapport aux autres pays d’Afrique, il y’a des avancées significatives. Il y’a la reconnaissance de la participation des  peuples batwa dans les instances de prise des décisions. Et cela est mentionné dans la Constitution du Burundi, avec la cooptation de 3 batwa à l’Assemblée nationale et 3 batwa au Sénat », a-t-il informé.

Outre ces deux grandes institutions du pays, les Batwa au Burundi sont également représentés à la Commission Vérité et Réconciliation, dans l’Administration, mais aussi dans la Commission des pays d’Afrique de l’Est.

Malgré les multiples défis auxquelles ces peuples sont confrontés,  au Burundi, la question de la cohabitation pacifique entre les batwa et les communautés tutsi et hutus a au fil du temps, connu des évolutions positives.

« Dans les années 80, il était difficile qu’un mutwa puisse partager un repas avec un tutsi ou un hutu. Maintenant cette question de marginalisation est résolue. A l’école, nos enfants étaient marginalisés et exclus. Cette question a été résolue également. Cela a eu un impact positif, et nous avons aujourd’hui un nombre important des enfants batwa qui vont à l’école », a indiqué Monsieur Bambanze.

Vital Bambanze n’exclus pas la possibilité de voir dans l’avenir, l’émergence de mariages inter ethnies entre les peuples autochtones batwa et les autres communautés de son pays. Il a par ailleurs exhorté les peuples autochtones de la RDC à s’impliquer davantage dans la lutte vers la reconnaissance de leurs droits inaliénables. Et ces droits devront être respectés et par l’Etat, et par les autres communautés.

Lire aussi  Environnement : Chaque année, le monde consomme près de 5.000 milliards de sacs en plastique, selon l’ONU

«  Il faut une prise de conscience de peuples autochtones de la RDC. En participant à ce genre de forum, nous essayons de faire voir aux autres communautés autochtones que nous avons le devoir de défendre nos droits de manière pacifique », a-t-il précisé.

Après son mandat au Sénat du Burundi, où il a représenté les batwa de 2010 à 2015, Vital Bambanze s’emploie à promouvoir le droit de ces communautés marginalisées confrontées aux multiples défis, notamment ceux liés aux questions foncières, aux questions d’éducations, et surtout de la reconnaissance de leurs droits en tant que peuple à part entière.

Alfred NTUMBA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *