Conservation : WWF présente les résultats de biomonitoring du parc national de la Salonga

Le Fonds mondial pour la nature (WWF) en collaboration  avec ses  partenaires  impliqués dans la conservation ont organisé  à Kinshasa, un atelier de  biomonitoring et recherche sur le parc national de la Salonga.  Ces assises qui s’étendent sur deux jours,  servent de cadre pour examiner  un travail de recherche et d’inventaire qui a été  effectué depuis ces deux dernières années.

Pour conserver un parc comme la  Salonga qui est considéré comme le plus important de l’Afrique, il est crucial de disposer d’un inventaire des espèces qui y vivent. C’est dans cette optique qu’en 2016, les partenaires de la Salonga  s’étaient alliés et coordonnés pour réaliser un répertoire des mammifères de ce parc, ainsi que d’autres espèces phares à l’instar du  paon congolais des bonobos et autres.

« L’essentiel de cet atelier est  d’éplucher  les résultats de recherche  qui ont été faites pendant ces deux dernières années, afin de  mieux connaitre les populations des espèces cibles comme les éléphants et les primates. Car,  reconnaissant mieux ces populations animales on peut mieux gérer  les efforts de la protection du parc national de la Salonga », a renseigné  Juan Sève directeur national  intérimaire de WWF.

Grâce à ce biomonitoring,  l’on a un aperçu un peu plus clair du nombre d’ individus par espèce et  des lieux particuliers où  ils se trouvent ainsi que des habitats  dont elles profitent pour vivre,  a renchérit   Juan sève.

Cependant, bien que le parc dispose actuellement  d’un inventaire, il continue de porter  tout de même les stigmates du braconnage et autres pratiques menaçant la survie des animaux.

Lire aussi  Climat : Un nouveau plaidoyer  pour la ratification de l’Accord de Paris

Les experts ont  affirmé  avoir relevé pendant leurs  recherches  un grand impact du braconnage sur les éléphants, des bonobos et  d’autres animaux. Ceci se justifie par une forte présence des pièges trouvés sur place.

Par ailleurs, ils ont également  relevé quelques signes encourageants  comme une forte présence des certaines espèces qui ne sont pas encore affectées par le braconnage.

Thierry-Paul KALONJI

 

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *