Environnement : changement de couleur des eaux du lac Tanganyika, que dit la science ?

Le lac Tanganyika situé dans la ville d’Uvira  a offert aux habitants de cette partie du pays, un spectacle étonnant le weekend dernier. Des eaux de ce lac  ont pris la couleur verte, suscitant étonnement et questionnement dans le chef de cette population dont les plus  superstitieux  ont cru   que ce changement de couleur des eaux du lac  relève  d’un phénomène surnaturel.

Quelques jours après le changement de couleur des eaux du lac Tanganyika, les discussions et conclusions sur ce phénomène vont dans tous les sens.  Seules les réponses apportées par  la science  sont susceptibles de déterminer l’origine de ce phénomène, avant tout naturel selon un grand nombre de scientifiques.

Selon une note informative du centre de recherche en hydrobiologie d’Uvira, dont Environews RDC, ce phénomène de changement de coloration des eaux  naturelle du lac Tanganyika de surface  est un phénomène continu et très bien documenté.  Deux causes principales  pouvant agir séparément ou concomitamment peuvent être à l’origine de cette coloration.

Il s’agit d’une part  de l’augmentation de la température et du pH qui occasionne un augmentation de la concentration en carbonates qui se mettent à précipiter sous formes des particules de calcite ; ces derniers ayant une coloration blanchâtre ou grisâtre, provoquent un changement de coloration des eaux lorsqu’elles réfractent la lumière solaire,  et du  bloom algal  encore appelé « efflorescence algale », ceci pouvant être naturel ou provoqué par une pollution par les nitrates et ou les phosphates.

C’est cette deuxième cause qui serait à la base du changement actuel de la coloration des eaux du lac, soutiennent les experts de cette institution de recherche.

Lire aussi  Rwanda : formation des journalistes de pays membres du Bassin du Nil

« Nous pensons au bloom algal,  car cela se produit chaque année et est connu de tous les pêcheurs et de la population d’Uvira qui appellent ce phénomène  Vumbe. Ce dernier  apparaît après que les vents alizés du Sud-Est connus sous le nom de Sabasaba. La première cause n’est pas aussi à exclure mais sans des données de monitoring, il est difficile à soutenir cette piste. Les échantillons prélevés sont en analyse mais c’est vraiment ponctuel au point que ça ne donnera qu’une simple indication », ont renseigné les experts.

Comment apparaît le bloom phytoplanctonique naturellement?

Pendant la saison sèche, les alizés du Sud-Est (Sabasaba) soufflent dans cette région.  Ils  induisent ainsi un mélange profond de la masse d’eau qui fait que les eaux de profondeurs se mélangent avec celles de la surface faisant remonter en surface les nutriments qui étaient enfouis (en pleine sédimentation) dans les eaux profondes, étant donné que le lac  Tanganyika est un lac  méromictique ( qui  possède deux couches d’eau qui ne se mélangent jamais) .  Après ce mouvement, seules les eaux superficielles  jusqu’en environ 180 m de profondeur au Sud et 120m au nord  se mélangent quand les conditions météorologiques le permettent. Il faut dire ici que pour ce qui est du lac Tanganyika, en saison sèche, existe le phénomène d’upwelling avec un épilimnion plus profond au nord qu’au sud (c’est comme si la masse d’eau très oxygéné était inclinée du nord vers le sud): les vagues de surface circulent du sud au nord alors que les vagues internes circulent du nord vers le sud. Quand les alizés cessent de souffler, un upwelling secondaire associé à un bloom algale s’observe : les mouvements de vagues s’inversent (celles de surface circulent du nord vers le sud et celles de fond circulent du sud vers le nord avec un épilimnion plus profond au sud qu’au nord de sorte que la masse d’eau semble s’incliner du nord vers le sud).

Lire aussi  France : Hulot veut inscrire l’environnement au premier article de la constitution

Cet enrichissement occasionne une multiplication rapide de phytoplancton conduisant à un bloom plhytoplanctonique (de durée variable en fonction des concentrations de nutriments disponibles et de conditions météorologiques). Ce bloom phytoplanctonique est suivi quelques semaines par un bloom de zooplancton suivi après par une grande production des poissons.

Les habitants d’Uvira savent que c’est en début de la saison des pluies vers mi-Septembre et Octobre que les captures des poissons augmentent.

Thierry-Paul KALONJI

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *