Cameroun : Le Protocole de Nagoya et l’APA expliqués aux membres du RECEIAC

Les membres du RECEIAC (Réseau des Communicateurs pour l’Environnement et l’Information en Afrique Centrale), ont renforcé leurs capacités sur les principes d’accès et de partage des avantages (APA) consacrés dans le Protocole de Nagoya, lors d’un atelier organisé à Douala au Cameroun.

Photo de famille des journalistes membres du RECEAC lors du lancement de l’atelier sur les changements climatiques et la REDD+ à Douala au Cameroun ( Photo Alfredo Prince/Environews-RDC)

« L’objectif du présent atelier est de vous sensibiliser et de renforcer vos capacités sur les dispositions de ce Protocole afin que vous soyez aptes à produire et diffuser des informations sur le processus APA », a indiqué le secrétaire exécutif adjoint et coordonnateur technique de la COMIFAC, Gervais Ludovic Itsoua Madzous.

Cet atelier a été un cadre idéal qui a permis aux experts de la COMIFAC de sensibiliser et informer les professionnels de la communication et de l’information environnementale, sur les avancées enregistrées par les pays membres de cette institution dans l’atteinte des objectifs du Protocole de Nagoya.

« Cet atelier est une rencontre de choix, pour les membres du RECEIAC, toujours en quête de plus de connaissances, de plus de capacités et de performance, dans leur travail de communication environnementale et d’information. Cet atelier représente aussi, une occasion idoine pour le RECEIAC et la COMIFAC, de consolider leur collaboration », a déclaré le président du RECEIAC, Raoul Siemeni.

Deux jours durant, une dizaine des délégués venus de neuf pays membres de la COMIFAC ayant ratifié ce protocole (Burundi, Cameroun, Congo, Gabon, RCA, RDC, Rwanda, Sao Tomé & principe et Tchad), ont été dotés de connaissances suffisantes sur ce processus dont la mise en œuvre a démarré en Octobre 2015.

Lire aussi  Climat: Que veut réellement Donald Trump ?

« L’une des conditions de succès de la mise en œuvre de ce Protocole est l’implication des communicateurs. D’où la nécessité de renforcer les capacités des membres du Réseau des Communicateurs pour l’Environnement et l’Information en Afrique Centrale (RECEIAC) afin qu’ils participent de façon efficace à la mise en œuvre du Protocole de Nagoya sur l’APA en Afrique centrale », a indiqué Monsieur Itsoua Madzous.

Notons par ailleurs que ce Protocole de Nagoya établit le principe d’accès et de partage des avantages (APA) et vise à encadrer les relations entre un fournisseur de ressources génétiques et un utilisateur dans le cadre d’activités de recherche et de développement.

Il s’applique aux activités de recherche académique ou de recherche et développement, des structures publiques et privées, dès lors que ces recherches portent sur la composition génétique et/ou biochimique de ressources génétiques.

Cet atelier a été possible grâce aux appuis multiformes du Projet « Mise en œuvre du processus d’Accès et de Partage des Avantages –APA- dans les pays membres de la COMIFAC », financé par le Gouvernement de la République Fédéral d’Allemagne à travers la BMZ et mis en œuvre par la GIZ et avec l’appui technique du Bureau d’Etudes GOPA.

Alfred NTUMBA

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *