Forêt: les agents et cadres du fonds forestier national prêtent serment

Au total 31 agents et cadres du Fonds forestier national (FFN) ont prêté serment devant le procureur de de la république, en qualité d’officiers des polices judiciaires à compétence restreinte, ce mardi 18 septembre à Kinshasa.

Au regard de la pression que subit les forêts congolaises chaque jour, cette prestation de serment  se révèle comme un acte qui exprime en terme clair, ce que le gouvernement attend de ces fonctionnaires.  C’est en présence du ministre de l’environnement et développement durable Amy Ambatobe, que ces  OPJ  ont été assermentés  à s’engager dans la lutte contre l’exploitation illicite des forets de la RDC.

« La Cérémonie de ce jour est d’une grande importance car elle donne droit aux officiers de police judiciaire de se mettre au travail. Cet acte valide toutes les actions trouvées en terme auxiliaire de  la vie, cela en provision de l’article 7  de l’ordonnance  n°78/289 du 03 juillet 1973 », a rappelé Yves Ilunga , procureur de la république.

Notons que cette prestation de serment était précédée d’une formation technique organisée par les responsables de cette régie à l’intention de ces fonctionnaires. Ceci, dans le but de doter cette structure d’un personnel capable de répondre aux défis de la législation forestière, et aussi aider ces agents à  maitriser le rôle de la justice sur les questions relatives à la gestion forestière.

Pour sa part, Albert  bodiko directeur national du fonds forestier national en charge de la cellule planification et développement international, a expliqué la lourdeur de la tâche à laquelle le gouvernement attend  de ces  OPJ du FFN.

Lire aussi  Biodiversité : validation du projet de mise en œuvre effective du processus APA en RDC

« Nous avons une foret très importante et reconnue mondialement et le gouvernement a souscrit aux traités internationaux pour protéger les écosystèmes de notre pays. Malheureusement faute d’un corps d’officier de la police judiciaire qui puisse s’investir dans la recherche des  infractions et de traduire des  auteurs  devant les instances compétentes, nos forêts sont exploitées  de manière illicite. Si vous allez dans nos villages et même à travers nos voies fluviales vous  verrez que plusieurs personnes se livrent à la commercialisation du bois sans autorisation », a-t-il déclaré

Nous sommes là pour porter une contribution substantielle dans la répression des comportements infractionnelles Nous allons nous atteler en exerçant nos fonctions d’officier de police judiciaire avec  beaucoup de responsabilité, a-t-il ajouté.

Signalons que ce premier groupe de contrôleur forestier  va être déployé a Kinshasa  mais aussi  à l’intérieur du pays,. Et dans l’entre temps, la direction générale du fonds forestier national  s’emploie quant à elle  à disséminer ses membres sur toute l’étendue du territoire national , afin d’endiguer les menaces qui planent sur les forêts congolaises.

Nelphie MIYE et Albert MUANDA

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *