Climat : Joseph Kabila fustige les considérations climatiques de certaines puissances occidentales

Devant les nations réunies en plénière, le Président  de la République  démocratique  du Congo,  Joseph Kabila Kabange a fustigé les considérations de certaines puissances économiques sur la question du climat , et le regard que celles-ci  portent sur la conservation des forêts et de la biodiversité. Le Président l’a évoqué  lors de la 73ème Assemblée  générale  des Nations Unies, ce mardi 25 septembre.  

«Nous ne pouvons faire, enfin, de l’ONU, une organisation pour tous au profit des sociétés durables tant que la faune et la flore des pays détenteurs des grands massifs forestiers ne serviront que d’ornement, sous le prétexte bien choisi de constituer le poumon de l’humanité, sinon de réparateurs des dégâts environnementaux causés par les industries du Nord, si en même temps aucune volonté réelle d’allouer des contreparties conséquentes à nos populations, ne cristallise des engagements maintes fois souscrits mais jamais tenus», a-t-il  évoqué.

La RDC reste l’un de grands pays dont les massifs forestiers jouent un rôle dans la régulation  du climat.  Cependant,  le pays ne tire pas réellement profit de son potentiel  forestier.

Alfred NTUMBA

Be Sociable, Share!
Lire aussi  Fonds bleu : Atterrissage en douceur du segment ministériel de la CCBC

Une réflexion au sujet de « Climat : Joseph Kabila fustige les considérations climatiques de certaines puissances occidentales »

  1. Le président a rappelé la réalité.
    Les populations tributaires des forêts sont les plus pauvre du pays.
    Même les fonds qu’on nous donne n’équivaut pas aux services rendus par nos forêts au monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *