Assainissement : Pierre Damien Tshimanga, le congolais qui transforme les plastiques en pavés

Il existe bien des solutions pour mettre fin au décor répugnant qu’offrent les déchets à Kinshasa, jadis appelé « Kin la belle ». La mise en place d’une politique de gestion durable des déchets produits au quotidien, en est une qui a toujours fait unanimité. Disposant des connaissances relatives à la revalorisation des déchets plastiques, l’ASBL Acte Kinois -AK24-, contribue à lutter contre l’insalubrité en recyclant et transformant ces déchets en pavés.

Piere-Damien Tshimanga, concepteur du projet AK24.

« Tout est parti d’un tweet. Un ami m’a envoyé un tweet dans lequel on décriait la pollution du fleuve avec  des bouteilles en plastiques. Je me suis senti choqué car  j’ai reconnu le paysage de cet endroit auquel faisait allusion ce tweet. Je me suis dit : si on ne cherche pas des solutions le fleuve va suffoquer puisque, ces eaux sont bourrées des déchets plastiques qui polluent les eaux du fleuve en le privant d’oxygène allant jusqu’au risque pour les humains de consommer des poissons qui se sont nourris des aliments pollués»,  a confié, Pierre Damien Tshimanga, concepteur du projet AK 24.

C’est pour conserver la nature, le biotope ou  le milieu commun de vie, que ces déchets recyclés sont transformés en pavés. Pour s’approvisionner, le concepteur du projet achète 8 kilos des déchets à 500 francs congolais. Une activité qui plait à la population qui selon elle, non seulement ça lui permet de gagner un peu d’argent, mais aussi lui permet d’assainir son milieu.

Selon les analyses de pierre Damien, Kinshasa regorgeant 24 communes, et n’a besoin que de 480 mille dollars,  d’où un minimum de 20mille dollars par commune, pour que la vision de cinq chantiers  prônée en 2011, soit un rêve réalisable sur tous les coins de la capitale congolaise. « Sous un budget de 4 millions de dollars sur le projet cinq chantiers mené par le gouvernement congolais sur une étendue de 1 km, aka24 peut en faire 4km ou 5km des pavés. Une action qui peut changer la physionomie de toute une avenue ou d’un quartier », s’est-il expliqué.

Lire aussi  Santé : Près de 1,8 millions de cas des maladies récurrentes enregistrés en 2016 à Kinshasa

Par cette initiative,  AKA24  se dit avoir  trouvé un moyen de participer  à la construction du  pays avec des matériaux plus durables et moins chers. Car, ces déchets plastiques mélangés avec du sable permettent d’obtenir des dalles, le fruit d’un travail de main à main d’une façon artisanale.

« Au départ nous étions inspirés d’une façon artisanale or aujourd’hui si on veut un impact il faut passer à l’étape supérieur. Notre projet d’avenir est de mettre les pavés dalle-aka24 à la disposition de toute la population congolaise. Que toute la RDC soit couverte des dalle-aka. Ceci, fera en sorte que notre pays revendique quelque chose qui est en nous et qui vient apporter la solution aux multiples difficultés qui le rongent », a souhaité Pierre Damien Tshimanga

Pour arriver à la réalisation d’un projet si gigantesque, l’association ak24 sollicite  l’accompagnement du gouvernement central tout comme provincial dans cette lutte contre l’insalubrité.

De la conception des machines à la fabrication des pavés, cette ASBL ne recourt qu’à la main locale, mais le plus grand à ce projet reste le financement

Il sied de signaler que L’ASBL Acte Kinois -AK24- compte étendre son action sur toute l’étendue du territoire nationale d’où l’idéal pour  elle, serait de voir les congolais revendiquer une  place sur le plan international, grâce au savoir-faire de leurs compatriotes.

Albert MUANDA

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *