Santé : Une évaluation révèle des avancées dans la lutte contre la polio en RDC

Le Ministère de la Santé publique de la République démocratique du Congo a organisé un atelier d’évaluations des campagnes de riposte contre la poliomyélite lancées récemment dans 16 de 26 provinces de la RDC. Les assises organisées à Kinshasa du 30 au 31 octobre 2018 ont révélé des avancées significatives dans la lutte contre cette épidémie, et de défis à relever pour mettre fin à cette épidémie.

Séance d’évaluation des campagne contre la polio, à Kinshasa octobre 2018.

Selon le coordonnateur de GPEI (Global Polio Eradication Initiative), Docteur Ndoutabe Modjirom, les résultats du monitorage indépendant mené d’avril à octobre 2018, dans les provinces ciblées par la riposte sont encourageants.

«Les activités ont été menées à bien dans les 16 provinces, dans toutes les zones de santé où on a mis en œuvre les activités de vaccination, sauf dans le Nord-Kivu et l’Ituri où il sévit l’épidémie de virus Ebola », a-t-il informé. « Le Ministère de la santé publique a fait de cette lutte contre la polio une urgence de santé publique à portée nationale. Mais aussi l’engagement des gouverneurs des provinces, et le fort partenariat au tour du Ministère de la Santé ».  

Cette évaluation a permis d’évaluer le niveau des efforts consentis par chaque province dite à haut risque,  relever les forces et les faibles de la stratégie conformément à l’acte d’engagement signé par les chefs d’Exécutifs provinciaux au mois de juillet dernier, et proposer des recommandations susceptibles d’aider à atteindre les objectifs consignés dans cette déclaration.

« Particulièrement pour notre province, nous avons fait de progrès. Nous avons inscrit une ligne budgétaire pour appuyer la vaccination de routine, et cela a été voté par l’Assemblée provinciale. C’est un budget de dix mille dollars américains par mois », a indiqué le Gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku.

Lire aussi  Conservation : Un célèbre défenseur des éléphants abattu en Tanzanie

A l’issue de cette évaluation, il s’est dégagé que l’un des facteurs qui ont présidé au succès de ces campagnes, a été l’appropriation des activités de vaccination par les autorités politico administratives, mais aussi la présence au pays, du Centre des opérations d’urgences polio.

 « Comme force, on a eu de bonnes couvertures, plus de 90% d’enfants ont été vacciné pendant ces deux campagnes. Ce qui aura une influence positive vers la réduction de l’épidémie. A cela s’ajoute aussi l’engagement et l’appropriation des acteurs du terrain », a indiqué le coordonnateur national du Comité des opérations d’urgence polio (COUP), Pierre Kandolo.

Des résultats encourageants qui motivent les partenaires à investir davantage dans la lutte contre la polio. « On va poursuivre ce soutien dans les mois avenirs, parce qu’on veut s’assurer que la RDC a les moyens nécessaires pour interrompre cette épidémie », a promis Kamel Senouci, responsable du programme Polio, à la Fondation Bill et Melinda Gates.

Le Ministre de la Santé publique, Oly Ilunga Kalenga, a exhorté les acteurs de lutte contre la poliomyélite à s’investir davantage, afin de libérer la RDC de cette maladie dont l’impact négatif sur les enfants  n’est plus à démontrer.

« Nous venons de franchir un grand pas vers l’interruption de la circulation du poliovirus vaccinal. Avec les succès que nous avons engrangés, nous devons les consolider. La meilleure façon de les consolider, c’est de renforcer la vaccination de routine et de renforcer la surveillance épidémiologique   de la paralysie flasque aigue », a-t-il indiqué.

Rappelons que la République démocratique du Congo a été déclarée en 2015, pays libre du poliovirus sauvage. Elle vu cette maladie ressurgir en février 2017 avec un type 2 dérivé de souche vaccinale.

Lire aussi  Environnement : les changements climatiques emportent les plus vieux baobabs d’Afrique

Alfred NTUMBA

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *