Conservation : Les 5 experts de l’IUCN arrêtés en Iran risquent la peine capitale

L’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) a déclaré qu’elle était profondément troublée par le fait que cinq défenseurs de l’environnement membres de l’UICN, dont des membres de la Commission de la survie des espèces (SSC) de l’UICN, sont accusés de crimes passibles de la peine capitale en Iran. Selon les médias, les cinq défenseurs de l’environnement ont été accusés de « corruption et d’espionnage », la plus lourde des peines encourues étant l’exécution.

«L’UICN est profondément alarmée par les accusations portées contre ces hommes et ces femmes dévoués, résolus à protéger le riche environnement naturel et les espèces uniques de l’Iran», a déclaré Inger Andersen, Directeur général de l’UICN. «Leur travail est d’une importance cruciale pour leur pays et ses habitants, en particulier à une époque de graves problèmes environnementaux en Iran. L’UICN et ses commissions sont solidaires avec elles ».

Les cinq environnementalistes de la Persian Wildlife Heritage Foundation (PWHF), organisation membre de l’UICN, sont Niloufar Bayani, Taher Ghadirian, Sepideh Kashani, Houman Jowkar et Morad Tahbaz. Taher Ghadirian et Houman Jowkar.

Les cinq écologistes avaient été arrêtés par les gardiens de la révolution iraniens en janvier, ainsi que quatre autres, et accusés d’espionnage. Des militants des droits de l’homme et le gouvernement iranien ont déclaré que les accusations portées contre eux étaient sans fondement, selon les médias.

Lors de leur arrestation, le directeur général de l’UICN avait rappelé la résolution 2.37 de l’UICN, adoptée lors du Congrès mondial de la nature de 2000, intitulée « Soutien aux défenseurs de l’environnement », invitant le Directeur général à s’exprimer publiquement et avec force pour décourager le harcèlement ou la persécution des défenseurs de l’environnement.

Lire aussi  Forêt : les tourbières de la cuvette centrale au menu de la réunion de l'IMT à Brazzaville

Les quatre autres personnes arrêtées en janvier sont Amir Hossein Khaleqi, membre du groupe de spécialistes des chats de la CSE de l’UICN, de la Commission de l’éducation et de la communication de l’UICN et de la Commission mondiale de l’UICN sur les aires protégées, Sam Rajabi, AbdolReza Koupayeh et Kavous Seyed-Emami. Kavous Seyed-Emami est décédé en prison pour des raisons inconnues à la suite de sa détention. L’UICN a demandé une enquête indépendante sur sa mort.

L’Iran serait confronté à des défis environnementaux tels que la sécheresse, la pénurie d’eau et les tempêtes de poussière, qui ont conduit à des manifestations à l’échelle nationale cette année.

Alfred NTUMBA

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *