COP24 : Les représentants de la société civile ont reçu un refus d’entrer en Pologne

Des organisations de la société civile ont affirmé que les autorités polonaises avaient refusé l’entrée et / ou expulsé au moins 14 de leurs collègues en raison de leur participation aux négociations sur le climat menées par les Nations Unies en Pologne, rapporte ENVIRONEWS-NIGERIA.

Les expulsions présumées font suite à l’adoption d’une législation nationale adoptée plus tôt cette année par le gouvernement polonais à l’occasion de la 24ème session de la Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC COP24), actuellement en cours à Katowice, dans le sud du pays. Plusieurs experts des droits de l’homme des Nations Unies ont publiquement mis en doute la compatibilité de la loi avec les normes internationales des droits de l’homme.

« Le fait que ces cas ne soient pas isolés est extrêmement préoccupant et nous considérons les actions des autorités frontalières polonaises sous un angle extrêmement grave», a déclaré le Dr Stephan Singer, point focal exécutif par intérim du Climate Action Network (CAN). 

CAN est un réseau comprenant plus de 1 300 organisations travaillant dans plus de 120 pays. Dans le cadre de son réseau, le CAN réunirait la plus grande part d’organisations non gouvernementales de défense de l’environnement dans le cadre de la convention des Nations Unies sur le climat.

Plusieurs organisations de la société civile se sont vivement opposées aux incidents survenus depuis le début de la conférence des Nations Unies.

«Nous condamnons fermement le refus d’entrée et l’expulsion de collègues qui n’ont pas été autorisés à se rendre en Pologne afin de prendre part à la COP24. D’après ce que nous comprenons, les raisons du refus d’entrée sont dues à des allégations selon lesquelles elles constituent une « menace pour la sécurité nationale ». Ces membres du personnel et bénévoles sont des personnes déterminées à lutter contre la crise climatique à laquelle le monde est confronté en faisant campagne pour des solutions durables », a déclaré May Boeve, directrice générale de 350.org.

Lire aussi  Brazzaville : les deux Congo sollicitent l’aide de la communauté internationale pour la gestion durable des tourbières

Bohdan Pękacki, directeur du bureau de Greenpeace en Pologne, a déclaré: «En tant qu’organisateur du plus important sommet sur le climat depuis Paris, la Pologne a les yeux du monde sur elle et la question est de savoir quelle sorte d’hôte la Pologne veut-elle être? », s’est-il interrogé.

Avec Environews-Nigeria.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *