Côte d’Ivoire : GOLI BONI Pierre, «  l’agriculture en Afrique a un secret»

L’Afrique possède une grande variété des zones agro-écologiques, qui sont des forets ombrophiles marquées par la saison de pluie et sèche, ainsi que d’une végétation relativement clairsemée. Au cours des trois dernières décennies, les gains de productivité agricole en Afrique ont été obtenus dans une large mesure  par une expansion continue des cultures pluviales et vivrières compte rendu de la fertilité du sol africain. Goli Boni Pierre, directeur général d’EDEN COMMODITIES affirme, depuis la Côte d’ivoire à Bouaflé, où il vit, que le secteur d’agriculture en Afrique est prometteur pour celui qui a de la technicité, de l’endurance et de la patience.

« Le secret pour réussir en agriculture se résume dans l’endurance, la technicité, l’objectivité, l’abnégation, la constance, l’innovation, le savoir-faire et le savoir-être. Pour proliférer dans ce secteur, l’agriculteur doit mettre en place un calendrier agricole bien établit en fonction de sa parcelle cultivable afin d’optimiser sa surface à emblaver », déclaré GOLI BONI Pierre, directeur général d’EDEN COMMODITIES.

Pour pérenniser son activité, l’agriculteur doit assurer l’arrosage que ça soit par les techniques d’irrigation, le goûte à goûte, le micro aspersion, ou encore l’irrigation automatisée à distance, car l’eau est un élément indispensable pour la nutrition des produits agricoles. Quant à la la rentabilité du sol, l’agriculteur est appelé à accorder un temps de repos à son champs, une alternative naturelle et écologique de la fertilité du sol.

Pierre Goli estime cependant que l’agriculture africaine a besoin de passer à la phase de modernisation, de mécanisation ou de transformation industrielle afin d’accroitre les rendements de sa production. Pour cela, il faut promouvoir des innovations qui vont pousser à la conquête des valeurs ajoutées, une possibilité qui permettrait aux acteurs du monde agricole de vivre aisément du fruit de leur métier.

Lire aussi  Virunga: Marche de contestation contre la convention signée entre l’ICCN et la COPEVI

« Cette modernisation passe par la mécanisation, ce qui va booster l’Afrique vers la production intensive des produits agricoles pour son autosuffisance. Ces machines adéquates agirons comme une seconde main qui vient à l’aide des multitâches auxquelles sont confrontés les hommes de la houe », a-t-il conseillé.

L’agriculture offre un immense potentiel, des produits susceptibles d’être commercialisés sur les marchés intérieurs ou extérieurs. De ce fait, reconnaissant de la chaine de valeur que l’agriculture englobe, Pierre Boni, souhaite aux agriculteurs africains de  passer de  l’artisanal à l’industrialisation pour assister à une macro croissance de l’Afrique toute entière.

« Faire la rotation culturale en morcelant sa parcelle en plusieurs blocs de culture, gérer sa parcelle de champ, produire plus des surfaces, contrôler la fertilité de son sol pour assurer la survie de sa famille, telles sont des qualités fort viables pour un familier de la terre », conclut-il.

Albert MUANDA

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *