Energie : Nella Lisa Kalemba, «  le foyer amélioré est un secteur  novateur qui doit être régulé par l’Etat Congolais »

La fabrication de la braise utilisée pour la cuisson  à Kinshasa en particulier  et en République démocratique du Congo  en général signe l’arrêt de mort des milliers d’hectares de forêts. Une situation qui complique davantage la lutte contre les changements climatiques dont les effets  se font sentir de plus en plus en RDC. C’est pour répondre à cette question que plusieurs  initiatives ont vu le jour  à l’instar de la Société Biso na Bino  qui propose aux ménages Kinois des foyers  améliorés appelés  JIKO MAMU qui compte parmi  ses particularités  la consommation réduite de la braise.

Nella Lisa Kalemba, Directrice générale de Biso na Bino .

Avec un taux d’accès à l’électricité  ne dépassant pas le 10%,  près de 90% de l’énergie consommée par les congolais provient de la biomasse.  Les bois de chauffe et la braise sont les plus  sollicités pour satisfaire le besoin de cuisson. Malheureusement, cette biomasse est  utilisée de façon inefficace exposant ainsi ses utilisateurs à plusieurs risques comme celui lié à l’émission de fumée.

C’est ici que le foyer amélioré JIKO MAMU de l’entreprise Biso na Bino vient innover la cuisson dans les ménages kinois.

Foyer amélioré JIKO MAMU de l’entreprise Biso na bino.

« Notre  société  du point de vue économique aide les usagers de Jiko Mamu à réduire de moitié leur consommation de braise ce qui permet de faire des économies, du point de vue sanitaire il n’y a pas d’émanation de Co2  et sur le plan environnemental nous luttons contre la déforestation en réduisant de moitié la consommation de la braise et  donc en espérant par ricochet qu’on puisse réduire  le besoin de couper les arbres » , a renseigné Nella Lisa KALEMBA, Directrice générale de Biso na Bino .

Lire aussi  Forêt : Amy Ambatobe viole le moratoire et marche sur les traces de Bienvenu Liyota

Pour aider les ménages à prendre connaissance de ce foyer amélioré aux triples avantages, Biso na Bino sensibilise la population  sur l’importance de s’approprier ce dispositif de cuisson. La dernière sensibilisation remonte à 3 mois où elle a sensibilisé plus de 15 .000 personnes à Nkamba dans le Kongo-central, grâce à l’accompagnement de l’alliance congolaise des foyers améliorés.

Selon Nella Lisa Kalemba, son entreprise qui produit près de 2.000 foyers améliorés par mois  travaille en partenariat avec  le ministère de l’environnement. Et grâce à l’Agence nationale pour la promotion et l’investissement (ANAPI) elle bénéficie des exonérations sur certaines acquisitions.

«Le secteur de foyer amélioré est un secteur novateur qui doit être régulé par l’Etat Congolais en nous accordant d’autres exonérations pour nous faciliter la tâche,  d’autant plus qu’on a un  côté porté plus fort sur l’environnement que nous défendons », a-t-elle plaidé.

En dépit des quelques difficultés rencontrées dans la  production de ces foyers améliorés  dont la durée de vie varie entre 3 et 5 ans, cette déterminée directrice générale de Biso na Bino voit l’avenir en rose pour ce secteur.

Dans 5 ans, deux ménages sur cinq disposeront d’un foyer amélioré et cinq ménages sur cinq en auront entendu parler, avant de conclure que son vœu le plus ardent reste celui d’exporter son produit au-delà de nos frontières.

Thierry-Paul KALONJI

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *