Forêt : Les OSC planifient les actions d’observation indépendante de l’exploitation forestière en RDC

En Afrique centrale, l’observation indépendante des forêts par les organisations de la société civile (OSC) peut améliorer la transparence et aider à renforcer le contrôle de l’illégalité de l’exploitation des ressources naturelles. Dans ce cadre, les OSC, membres du Réseau des observateurs indépendants des ressources naturelles en RDC (RENOI-RDC), ont pris part, récemment, au centre Loyola de la  Gombe/Kinshasa, à un atelier de planification des activités pour l’année 2019.

Mots d’ouverture par Me Essylot Lubala (OGF) & André Fache (UE)

A en croire, Me Essylot Lubala, Coordonnateur de l’Observatoire pour la Gouvernance forestière (OGF) qui assure provisoirement le  Secrétariat du RENOI, « le regroupement des OSC autour du RENOI offre la possibilité à la RDC de faire face à la vulnérabilité des écosystèmes forestiers face aux crimes organisés, à la corruption, bref à la mauvaise gouvernance du secteur forestier et de toutes les ressources naturelles». Ce qui créé, a-t-il renchéri, « la pauvreté généralisée et de tensions sociales ».

S’appuyant sur le secteur forestier, il a rappelé que les activités illégales exercées, génèrent des sommes importantes et ont contribué à alimenter de longs conflits sanglants en Afrique.

« Les lois sont peu appliquées en RDC, pays disposant d’une solide législation forestière. Ceci pourrait être contourné par une implication des OSC dans la surveillance et monitoring en vue d’arrêter la déforestation rapide et la perte de revenus issus de l’exploitation de bois d’œuvre », a-t-il recommandé.

Vue des participants lors de l’Atelier de Planification du RENOI.

Dans son intervention, M. André Fache a, à titre de conseil, formulé le vœu de voir les OSC développer des actions d’observation pour freiner l’élan de l’exploitation illégale des ressources naturelles en RDC. Avant de solliciter l’implication des femmes pour renforcer l’équilibre séxospécifique et garantir la participation de toutes les parties prenantes au processus d’amélioration de la gouvernance forestière.

Lire aussi  Kinshasa: WCS sensibilise les écoliers sur l'importance de l'arbre

Quatre axes découlant de la stratégie nationale de l’Observation Indépendante adoptée en novembre 2018 ont été retenus par les participants pour mener la planification des activités qui seront mises en œuvre en 2019. Il s’agit, notamment : (i) renforcement des capacités; (ii) monitoring/suivi de l’exploitation forestière; (iii) communication, information et éducation et, (iv) plaidoyer/lobbying.

Pour votre gouverne, le réseau RENOI-RDC est appuyé par OGF dans le cadre du projet Voix des Citoyens pour le Changement -CV4C- (2017-2020) financé par l’UE, WRI et Université Wolverhampton. Ce projet tente donc de renforcer la contribution des OSC, de populations autochtones et communautés locales à l’amélioration de la gouvernance forestière et à la gestion durable forestière dans 5 pays du bassin du Congo (RDC, Congo, Gabon, RCA & Cameroun).

Alain Parfait NGULUNGU (Infovertes Afrique/RECEIAC)

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *