Rwanda : Adoption d’un avant-projet de loi contre les bouteilles plastiques

Le Rwanda annonce l’adoption par son parlement de l’avant-projet de la loi portant interdiction des bouteilles plastiques et son engagement de contribuer à l’avancement des activités de l’initiative du bassin du Nil. François Tetero, représentant du Rwanda au comité technique de l’initiative du bassin du Nil, a fait cette déclaration ce mardi 20 février au cours d’une conférence de presse organisée à Kigali pour lancer les festivités du 20ème anniversaire de l’Initiative.

Les bouteilles plastiques flottant sur la rivière Kalamu à Kinshasa.

Selon Monsieur Tetero, les pays du Nil doivent poursuivre leur engagement dans le partage des ressources communes au sein de l’environnement du bassin afin de garantir l’accès à l’eau aux populations qui longent les 6.695 km que parcours le fleuve Nil dans les 11 pays. Pour y arriver, les pays doivent contribuer financièrement pour l’avancement des activités de l’initiative et adhérer à l’accord cadre en dépit des divergences d’intérêts.

L’officiel rwandais a déclaré qu’au cours de la vingt sixième réunion des ministres des pays du Nil tenue en Août 2018 à Bujumbura, il a été décidé que 2019 soit proclamée : « Année du Nil ».
« Le Conseil des ministres a reconnu le rôle que le Nil joue dans la réalisation de la sécurité de l’eau, mais aussi de la sécurité alimentaire et énergétique, ainsi que dans la lutte contre la pauvreté des habitants de la région du bassin du Nil. Les eaux du Nil sont essentielles à la réalisation du programme de développement régional et à l’intégration régionale », a-t-il rappelle.

Pour lui, vingt ans de l’initiative du Bassin du Nil est une occasion de célébrer des réalisations louables dont : 84 projets d’investissement communs représentant un coût global de 6,5 milliards de dollars.
Innocent Ntabana, directeur exécutif de l’initiative du bassin du Nil a quant à lui soutenu au cours de cette conférence que : « en déclarant 2019 Année du bassin du Nil, les pays veulent attirer l’attention sur le fait que tous les développements dans le bassin sont liés à nos eaux communes. C’est pourquoi nous devons placer l’eau au cœur de la transformation régionale ».

Lire aussi  JME 2019 : les grands centres urbains de la RDC sont plus exposés à la pollution

Les journalistes issus des pays du Nil à savoir : Le Burundi, la RDC, l’Égypte, l’Éthiopie, le Kenya, le Rwanda, le Sud Soudan,le Soudan, l’Uganda et la Tanzanie ont obtenus des informations actualisées sur l’avenir de l’initiative et ses défis.

Tuver Wundi

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *