Biodiversité : signature du protocole d’accord entre la RDC et le Congo Brazza pour la lutte anti-braconnage

En vue de protéger la biodiversité et les richesses fauniques endémiques à la République démocratique du Congo et au République du Congo, un accord a été signé entre les deux pays en vue d’une lutte commune contre le braconnage dans l’espace binationale Lac télé-Lac Tumba (BILTLT), zone frontalière entre les deux pays. La cérémonie de signature a eu lieu ce vendredi 01 mars à Kinshasa.

«Cette collaboration existe depuis 2010, l’accord que nous venons de signer va renforcer cette lutte. Nous pensons que cela permettra à ce que toute la  biodiversité contenu dans ce paysage soit important, non seulement pour la population riveraine mais aussi pour l’humanité toute entière.  Etant donné  qu’au-delà de cette biodiversité, ce paysage contient aussi des tourbières qui sont un puis de carbone et cela joue un rôle important dans la règlementation du climat », a déclaré Amy ambatobe,  ministre de l’Environnement et Développement durable de la RDC.

Selon la ministre de l’Economie forestière de la République du Congo, Rosalie Matondo, la signature de ce jour constitue un moment historique et un signe éloquent de l’importance que les deux gouvernements respectifs accordent à la gestion concertée et durable du patrimoine  commun qui est  le paysage binational Lac Télé – Lac Tumba.

«Nous avons un partage des écosystèmes forestiers destinés à la conservation. Il fallait d’abord affecter ses paysages à la conservation, donc créer les parcs du côté de la RDC et Congo Brazzaville, il faut d’abord créer les institutions qui sont les parcs nationaux », a-t-elle indiqué. « La deuxième étape c’est celle dont nous venons de suivre, de signer un accord de coopération pour la gestion de ces espaces en relation avec les braconnages de la faune ».

Lire aussi  Forêts : REDD "en pleine tourmente" en République Démocratique du Congo

La ministre de l’Economie Forestière a suggéré par ailleurs, qu’un travail d’équipe soit effectué afin de suivre l’évolution de cette grande décision prise entre les deux pays voisins, pour la bonne gestion de ce patrimoine international.

« Nous avons remarqué que les braconniers utilisent les voies d’accès pour aller du Congo vers la RDC, pour nous c’est important de travailler ensemble avec les défenses nationales, le ministère concernés,  la Police,  la gendarmerie, afin de traquer ces braconniers. La communauté internationale avait besoin de cette signature, afin d’apporter sa contribution à la gestion de ces espaces en tant que parcs nationaux ». A-t-elle ajoutée.

Pour le représentant du PNUD à cette cérémonie, Laurent Rudasingwa, cet espace prend de plus en plus d’importance avec l’existence des tourbières, l’un des plus importantes au monde qui amplifie l’intérêt de la communauté internationale pour cette Zone écologique très particulière.

Notons qu’une mobilisation des financements poursuivra cet accord afin de débuter les meilleures actions parmi lesquelles on trouvera la mise en place des écogardes. Tout ceci dans l’unique et réel but de mieux gérer ces espaces d’intérêt commun.

Nelphie MIE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *