Conservation : Un garde de parc tué par un hippopotame dans les Virunga

Un garde du  parc national des Virunga a succombé de ses blessures de suite d’une attaque par un hippopotame dans le secteur Centre de ce parc, où il exerçait depuis un moment.  L’annonce du décès de ce vaillant garde de parc a été faite ce mercredi 03 avril par la Fondation Virunga.

Le drame s’est produit le 29 mars, lorsque l’écogarde Hakizimana Sinamenye Chadrack a été attaqué et blessé rudement par un hippopotame près de la rivière. «  Il a été rapidement évacué par un avion du parc pour se rendre à Goma, pour un traitement médical d’urgence, mais a succombé tragiquement à ses blessures dans la nuit du 02 avril », indique le communiqué du Parc.

L’eco garde est décédé à l’hopital Heal Africa où il a été admis le 29 mars après avoir été blessé. Né le 30 octobre 1980, il a été engagé en 2010 à l’ICCN. Il laisse derrière lui une veuve et 3 orphelins.

« Le ranger a été un membre courageux de l’équipe des gardes de Parc des Virunga. Il a joué un rôle vital dans la conservation de la faune et de la flore sauvage dans la vallée d’Ishasha. Nous lui sommes redevables de son dévouement envers le Parc national des Virunga et les communautés qui l’entourent », précise ce communiqué.

Le parc tient à exprimer ses sincères condoléances à sa famille, conclut ce communiqué.

Alfred NTUMBA

Lire aussi  Agriculture : Bientôt une foire agricole pour booster l’agriculture au Kongo Centrale

Une réflexion sur « Conservation : Un garde de parc tué par un hippopotame dans les Virunga »

  1. Pour sauver cet espace de 7 800 km?, niche au c?ur d’une des regions les plus densement peuplees et les plus pauvres d’Afrique, l’Alliance Virunga, creee il y a dix ans, mise sur le developpement economique des zones limitrophes du parc. L’acces a l’electricite pour les 4 millions de personnes qui y vivent est son initiative majeure. Outre l’amelioration des conditions de vie, elle doit permettre de tarir l’une des principales sources de revenus des groupes armes : le commerce du charbon de bois. Le pillage des forets du parc pour la car 178 bonisation rapporterait 34 millions de dollars par an (27,5 millions d’euros), selon les estimations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *