Énergies : Avec makala bio, les poubelles de Kinshasa sont devenues une richesse

Revaloriser les déchets en les transformant en  une source d’énergie respectueuse de l’environnement  appelée Makala bio,  c’est  à cet exercice  éco-citoyen que s’adonne depuis  2018  l’entreprise Phénix  Eco, créée par Cédric ONOYA  un jeune entrepreneur Congolais.  Le projet  Makala bio est une initiative qui  se veut   non seulement  une innovation dans les ménages Congolais concernant  la cuisson, mais aussi  et surtout une solution efficace pour lutter contre l’insalubrité qui gangrène la ville de Kinshasa.

Depuis quelques décennies, l’insalubrité forme avec la ville de Kinshasa un duo  considéré comme infernal par plusieurs observateurs. Cette mégalopole de plus de 10 millions d’âmes offre un spectacle totalement répugnant  quand il faut parler de la salubrité. Des décharges sauvages çà et là s, des rivières complètements couvertes des déchets et  des caniveaux bouchés,  telles sont les images qui composent avec Kinshasa

Malgré cet état de chose, il y a lieu de voir derrière ce décor  dégoutant, des opportunités intéressantes pour venir en aide aux Kinois qui  croupissent sous des montagnes d’immondices.

« L’initiative  est partie de l’état d’insalubrité de la ville de Kinshasa. Nous avons trouvé que dans la gestion  des déchets, il y a un côté qui n’a pas été respecté, c’est celui de la transformation et revalorisation des déchets. Alors, étant donné que la RDC fait face à un  déficit énergétique, nous avons  pensé à transformer les déchets organiques ménagers  et agricoles  charbon écologique appelé  en makala bio », a confié Cédric ONOYA,  créateur de Phénix Eco.

Pour fabriqué  ce charbon écologique,  l’entreprise  utilise  toutes sortes de déchets organiques comme des éplucheurs de bananes plantains, de maïs  et tout le reste des légumes après épluchage.

Une fois collectés, ces déchets sont triés, séchés et carbonisés avant d’être mélangés à un liant autrement appelé agglomérateur.  Ensuite vient l’étape du compactage de ces briquettes qui seront enfin séchées  pour avoir les produits finis.

Lire aussi  Conservation : Les Virunga et la Salonga au cœur des discussions à Bahreïn

Respectueux de l’environnement et épargnant ces utilisateurs des ennuis sanitaires, makala bio  est une source d’énergie  efficace qui permet de faire des économies, car une petite  quantité permet de cuire pendant toute une journée. En outre, une utilisation à large échelle de ce produit  serait une chance inouïe pour lutter contre la déforestation  consécutive à la fabrication de charbon de bois.

Produit pour l’instant à près de 2 tonnes par  mois, makala bio se vend dans des supermarchés de Kinshasa, à la grande satisfaction de tous ses utilisateurs. Avec 1.5 dollars, on peut se procurer 2.2 kilos de ce charbon écologique.

«  A tous les futures partenaires et toutes personnes qui voudraient rentrer dans cette initiative, je leur dis qu’on a trouvé une richesse dans les poubelles de Kinshasa. Donc les déchets ne sont plus perçues comme c’était le cas avant,  rejoignez-nous pour assainir Kinshasa et faire de l’argent », a lancé Cédric ONOYA.

Thierry-Paul KALONJI

 

Be Sociable, Share!

3 réflexions sur « Énergies : Avec makala bio, les poubelles de Kinshasa sont devenues une richesse »

  1. Bonjour! c’est Sifa.
    je suis à Lubumbashi et je suis très intéressée par ce projet. Y a- t- il moyen d’entrer en contact avec l’initiateur? le problème d’insalubrité affecte aussi les autres villes du pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *