Forêts : WWF-RDC évalue son appui aux communautés locales et peuples autochtones

Informer au préalable les concessionnaires, réaliser et innover dans l’élevage, accorder le maximum de temps aux concessionnaires, tels sont les recommandations faites par le Fonds Mondial pour la Nature(WWF) avec les financements du NORAD (The Norwegian Agency for Development Cooperation). Des recommandations formulées à l’issue d’un atelier s’inscrivant dans le cadre d’une mission de facilitation des négociations et suivi des accords des clauses sociales dans les concessions ciblées, que finance WWF au travers de son programme Gouvernance forestière.

Ces assises de 2 jours organisées à Kinshasa, ont été une occasion de présenter le résumé analytique du travail réalisé par chaque ONG afin d’analyser la situation en référence aux résultats attendus, de relever les observations clés et présenter le rapport synthèse de la mission.
« Nous avons déployé les experts de la société civile pour le suivi des réalisations des infrastructures socio-économiques. Ils ont visités les entreprises et identifiés les projets communautaires contenus dans les accords des clauses sociales », a expliqué Jean-Marie Bolika, coordonnateur du programme gouvernance forestière à WWF.
« Nous avons eu au retour des données voulues en terme des résultats des tous ces accords qui étaient prévu entre les entreprises et les communautés locales », a-t-il renchéri.
Au cours de cet atelier, il a été décidé de la poursuite des missions de terrains composées de 9 délégués des ONG actives. Ces interventions d’accompagnement se réaliseront dans les villages dans les villages riverains des exploitations des entreprises forestières, notamment SICOBOIS, IFCO, BEGO CONGO FORESTIERE, SODECOR et CFT.
Les délégués des ONG ciblées notamment CENADEF, GAPE, AVOCATS VERTS, OCEAN, NTOMOKOLO, CWS, AMAR, RAIFORCO, R/VRIEF et GTF ont pu présenter leurs rapports des missions lors de cette rencontre.
Hormis les obstacles rencontrés sur terrain, ceux-ci se disent satisfaits du travail abattu.
Au terme de cette mission de terrain, les parties prenantes qui sont connues et préparées à participer efficacement au processus des négociations liées à la signature des clauses sociales du cahier des charges. Car, les communautés locales concernées sont identifiées, et les informations sur les exploitations forestières sont récoltées en vue de faire un état d’avancement de l’application de la politique forestière. Les avenants étant facilités de manière transparentes, le suivi des clauses sociales quant à lui est assuré par les experts formés à travers les fiches de suivi et Smartphones.
«On a rencontré beaucoup des difficultés mais la majeur était celle liée au temps pour pouvoir faire le suivi comme il faut, puisqu’il y avait des nombreuses infrastructures, pourtant le temps nous a fait défaut. », a déclaré Pascaline MUSENGA, secrétaire général à la CFLEDD.
Cet atelier qui a réunis les experts de la société civile, les responsables des ONG partenaires, le représentant de la FIB et de l’administration forestière, et l’équipe du projet gouvernance forestière, a permis au WWF-RDC d’apprécier le niveau d’appui apporté au processus des négociations au niveau de chaque concession convertible touchée.
Une fois signés, ces accords sur les clauses sociales du cahiers de charge auront pour mission de garantir le partage des bénéfices équitables des ressources issues de l’exploitation forestière.
Rappelons que cet atelier de restitution sera suivi d’une sensibilisation et d’une formation en vue d’une adaptation des communautés dans la révision de l’arrêté 023 du 2 septembre 2017.

Lire aussi  Biodiversité : Le patrimoine mondial de l’UNESCO est sous menace

Charlie LUTEZA

Be Sociable, Share!

Une réflexion sur « Forêts : WWF-RDC évalue son appui aux communautés locales et peuples autochtones »

  1. Effectivement, cette évaluation qui était une réussite , est une victoire qui s’annonce pour les peuples autochtones pygmées de la RDC. Car le programme sur la gouvernance forestière a fait une priorité des priorités de ces derniers dans le processus de négociations et suivi-evaluation des clauses sociales au sein des concessions forestières où ils se trouvent. L’objectif visé est de faire participer les PA de manière effective dans les comités locaux de gestion et de suivi; leur faire benefier des retombées de l’exploitation forestière, mais aussi préserver leurs cultures et sites sacrés aux alentours de ces concessions. La prise en compte des PA est ausdi devenue une exigence internationale pour la certification d’une société qui exploite les forets en RDC . c’est ce qui ressort de la réunion tenue par les Experts du REPALEF bases à ce programme la semaine passée, juste après cet atelier de restitution.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *